Logistique : BMW teste des voitures sans conducteur dans ses usines

BMW lance un projet pilote de voitures sans conducteur dans ses usines. À commencer par une BMW 7 et une BMW i7 automatisées sur son site à Dingolfing (Allemagne).
1073
BMW voitures sans conducteur usines
BMW teste des voitures sans conducteur dans ses usines, à commencer par son site de Dingolfing. ©BMW

En collaboration avec le sud-coréen Seoul Robotics et le suisse Embotech, BMW démarre un projet pilote de voitures sans conducteur dans ses usines. Baptisé « Automated Driving In-Plant » ou AFW (pour « Automatisiertes Fahren im Werk » en allemand), ce projet concerne les sites d’assemblage et de logistique du constructeur. Le premier test aura lieu à l’usine de Dingolfing, en Allemagne, et fera appel à deux véhicules sans conducteur : une BMW Série 7 et une BMW i7 100 % électrique. Le but : renforcer l’efficacité, en toute sécurité, des opérations logistiques.

Des voitures sans conducteur mais non autonomes

Comme l’indique BMW, ces voitures ne sont pas autonomes mais automatisées. En effet, leur système de conduite, bien que leur conférant une autonomie, n’embarque pas de capteurs. En revanche, des capteurs parsèment le chemin qu’empruntent les véhicules dans l’usine, avec une infrastructure qui localise la voiture et les obstacles. Pour la mettre au point, Seoul Robotics a créé un jumeau numérique de l’environnement du véhicule. Une deuxième composante vient la compléter : le logiciel de planification de la conduite d’Embotech, qui transmet les commandes (pour accélérer, tourner, freiner, stationner, etc.) au véhicule.

BMW : le projet AFW destiné à durer

L’itinéraire de ces voitures sans conducteur se calcule « en temps réel » et ne requiert donc pas de programmation préalable, souligne BMW. Concrètement, les voitures vont d’abord se déplacer dans la zone d’assemblage, avant de s’engager dans la division logistique du site. Plus précisément, une fois en fin de la ligne de production, les véhicules devront se diriger par eux-mêmes jusqu’à une aire de stationnement d’où un camion ou un train assurera leur transport. Selon le constructeur, ce projet pilote durera « plusieurs mois », avec l’objectif de l’étendre à d’autres modèles de véhicules sur le site de Dingolfing et, in fine, à d’autres usines.