Boîtiers de conversion à l’E85 : de nouvelles conditions d’homologation

Le gouvernement a revu les règles encadrant l’homologation des boîtiers de conversion à l’E85. Celles-ci incluent désormais les véhicules de 15 CV ou plus et ceux disposant d’un filtre à particules.
1561
Boîtiers E85
Source : Flexfuel Energy Development

Dans un arrêté publié au Journal Officiel du 5 mars 2021, le gouvernement a mis à jour la législation concernant les boîtiers de conversion au Superéthanol-E85, intégrant « des ajustements dans les dispositions techniques et administratives » et revoyant les procédures d’essai pour homologuer ces boîtiers. Objectif : « garantir une efficacité minimale et une installation sécurisée sur les véhicules ».

Pour rappel, un premier arrêté paru en décembre 2017 avait défini les conditions d’homologation et d’installation de ces dispositifs électroniques qui permettent à un véhicule essence de rouler également au Superéthanol-E85.

L’homologation de boîtiers de conversion pour les véhicules de 15 CV et plus autorisée

Cependant, seules les voitures particulières et les camionnettes essence, hybrides ou bicarburation jusqu’à 14 CV pouvaient jusqu’à présent être équipées, sous certaines conditions. De plus, elles ne devaient ne pas disposer d’un piège à particules.

Le nouvel arrêté encadre ainsi l’homologation des boîtiers pour les voitures de 15 CV et plus et permet la pose d’un boîtier homologué sur les véhicules équipés d’un filtre à particules (FAP).

Selon la société Flexfuel Energy Development, « la plupart des voitures essence immatriculées depuis le 1er janvier 2001 et compatibles SP95-E10 peuvent maintenant être équipées d’un boîtier FlexFuel homologué par l’État, soit 10 millions de voitures environ. »

Plus de garanties pour les conducteurs

Autre nouveauté : « seuls les dispositifs homologués et montés par un installateur habilité par le fabricant peuvent être installés sur les véhicules circulant sur la voie publique », indique l’arrêté.

Par ailleurs, outre les moteurs et systèmes de post-traitement des émissions de polluants, le fabricant doit maintenant aussi garantir la préservation de l’intégrité des réservoirs, des circuits d’alimentation et de toute pièce susceptible d’être en contact avec du carburant E85.

Enfin, le nouvel arrêté définit les conditions de désinstallation de dispositifs de conversion et la remise en état initial du véhicule.

Ces nouvelles dispositions s’appliqueront pour les nouvelles homologations de dispositifs de conversion à compter du 1er avril 2021, puis à tous les boîtiers de conversion mis sur le marché à partir du 1er septembre 2022.

PARTAGER SUR