Un bonus écologique limité à 3 000 euros en 2020 pour les flottes

Le bonus écologique doit être divisé par deux pour les véhicules d’entreprise émettant moins de 20 g/km de CO2 à compter du 1er janvier 2020, passant de 6 000 à 3 000 euros, et seuls les véhicules coûtant moins de 60 000 euros y seront éligibles, hors VUL et véhicules hydrogènes.

821
Bonus écologique

Le ministère de la transition écologique et solidaire a finalement annoncé sur son site web les nouvelles modalités prévues pour le bonus écologique à compter du 1er janvier 2020, avant leur publication par décret. Le dispositif concernera toujours les véhicules émettant moins de 20 g/km de CO2, c’est-à-dire électrique à batterie et-ou à pile à combustible hydrogène. Toutefois, il sera désormais limité à 3 000 euros pour les personnes morales, contre 6 000 euros en 2019. De plus, seuls les véhicules coûtant moins de 60 000 euros y seront éligibles, à l’exception des véhicules utilitaires légers et des véhicules hydrogène.

En effet, le gouvernement s’attend à une baisse des prix des véhicules particuliers électriques, « à la suite de nouvelles normes européennes sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre des constructeurs automobiles », précise-t-il. En revanche, le montant du bonus restera limité à 900 euros pour les deux et trois-roues électriques.

À noter que le bonus passera également de 6 000 à 3 000 euros pour les ménages achetant un véhicule coûtant entre 45 000 et 60 000 euros. Il ne sera ainsi maintenu à 6 000 euros en 2020 que pour les ménages achetant un véhicule de moins de 45 000 euros, avant de passer à 5 000 euros en 2021 puis 4 000 euros en 2022.

Enfin, le bonus s’élèvera toujours à 200 euros pour les vélos électriques « pour les personnes aux revenus modestes, en complément de l’aide d’une collectivité ».

En parallèle, le gouvernement consacrera 400 millions d’euros au financement du bonus en 2020 – contre 260 millions en 2019 –, puis encore 400 millions en 2021 et enfin 340 millions en 2022. Reste à savoir si ces mesures permettront d’atteindre l’objectif français, à savoir multiplier par cinq les ventes de véhicules électriques entre 2017 et 2022.

PARTAGER SUR