Branché sur le crédit classique

447

Jean-Marie Leclercq (Proélec) a créé sa société en 1986. Basé dans la région de Dignes, Alpes du Sud, il doit intervenir sur nombre de chantiers dans un long rayon d’action de près de 150 kilomètres pour les clients les plus éloignés.

Avec son équipe (sept personnes dont six conduisent), il se déplace avec quatre véhicules (Jumpy, Berlingo, C 15 et Kangoo) qui ont été aménagés pour répondre aux besoins de l’activité artisanale de Proélec. D’une manière générale, ils servent beaucoup et durent 4 à 5 ans. La dernière acquisition en date est celle du Jumpy en 2005. Suivies par son épouse, les finances de l’entreprise accueillent sans encombre les dépenses représentées par la flotte de l’entreprise, flotte acquise tout simplement en crédit classique sur le conseil du comptable. A l’arrivée, Madame Leclercq ne perçoit pas de différence majeure entre le crédit classique et toute autre formule, le poste «véhicules» ne mettant pas spécialement en péril les résultats… la plus grosse ligne restant celle de la masse salariale. Le crédit classique, dans sa simplicité, correspond au mode de gestion adopté par l’entreprise.