C-Ways prévoit un recul des ventes sociétés de VP neufs de – 14,2 % en 2020

Alors que les ventes de véhicules particuliers neufs aux sociétés ont affiché des chiffres stables en juin 2020 par rapport à juin 2019, le cabinet de conseil en marketing C-Ways anticipe une baisse de 14,2 % entre 2019 et 2020, et a identifié cinq tendances pouvant affecter le marché automobile sur le reste de l’année.

706
C-Ways

À l’occasion d’un webinaire organisée par nos confrères d’Autoactu, le cabinet d’études C-Ways a mis à jour ses prévisions concernant le marché automobile, à la lumière des résultats du mois de juin.

Alors que les immatriculations de véhicules particuliers neufs ont progressé de 1,25 % en juin 2020 comparé à juin 2019, « la reprise est indéniable mais doit être nuancée avec deux jours ouvrables en plus », indique le directeur général Éric Champarnaud. Cette reprise vient surtout des ventes aux particuliers (+ 22,9 %) qui profitent de la prime à la conversion, tandis que les ventes aux sociétés sont restées stables (0,2 %). En revanche, les ventes tactiques continuent de diminuer en juin (- 17,9 %) et 46,8 % du marché a disparu sur le semestre.

Au total, sur les six premiers mois de l’année, les ventes sont en chute de 38,6 %, et « nous ne corrigerons pas tout dans l’année », avertit Éric Champarnaud. D’autant que le véhicule d’occasion fait concurrence au neuf, avec + 27 % en juin 2020, notamment parce qu’il est éligible à la prime à la conversion.

Marché des véhicules particuliers neufs par canal à juin 2020

  Cumul 2019 Cumul 2020 Δ%
Sociétés hors automobiles
% du marché total
232 384
24,8 %
163 399
22,8 %
– 29,7 %
Administrations
% du marché total
9 923
1,1 %
5 971
0,8 %
– 39,8 %
Total Sociétés
% du marché total
242 307
25,9 %
169 370
23,7 %
– 30,1 %
Ventes directes et garages
% du marché total
194 820
20,8 %
112 806
15,8 %
– 42,1 %
Constructeurs
% du marché total
17 471
1,9 %
12 251
1,7 %
– 29,9 %
Location courte durée
% du marché total
174 676
18,7 %
80 920
11,3 %
– 53,7 %
Total tactiques
% du marché total
386 967
41,4 %
205 977
28,8 %
– 46,8 %

(1) Sociétés hors automobiles (SHA) dont loueurs longue durée (LLD) et administrations
(2) Ventes directes (VD), loueurs courte durée (LCD) et constructeurs
(3) Y compris Transits temporaires (TT)

  Cumul 2019 Cumul 2020 Δ%
Sociétés hors automobiles
% du marché total
232 384
24,8 %
163 399
22,8 %
– 29,7 %
Administrations
% du marché total
9 923
1,1 %
5 971
0,8 %
– 39,8 %
Total Sociétés
% du marché total
242 307
25,9 %
169 370
23,7 %
– 30,1 %
Ventes directes et garages
% du marché total
194 820
20,8 %
112 806
15,8 %
– 42,1 %
Constructeurs
% du marché total
17 471
1,9 %
12 251
1,7 %
– 29,9 %
Location courte durée
% du marché total
174 676
18,7 %
80 920
11,3 %
– 53,7 %
Total tactiques
% du marché total
386 967
41,4 %
205 977
28,8 %
– 46,8 %

Source : C-Ways

Le marché sociétés estimé à 430 000 VP neufs en 2020

Cette reprise attendue vient confirmer les prévisions précédentes du cabinet C-Ways. Ce dernier prévoit un total de 1,7 million de véhicules neufs immatriculés en 2020, soit – 23 % comparé à 2019. Parmi ceux-ci, 430 000 devraient être vendus aux sociétés, LLD et administrations incluses, soit – 14,2 %.

Il reste toutefois des incertitudes puisque les 200 000 primes à la conversion seront épuisées fin juillet et que l’on ignore encore si le gouvernement mettra ou non en place un nouveau dispositif. De plus, le cabinet a observé une chute de l’intensité des recherches internet consacrées aux véhicules neufs, après un fort pic suite au déconfinement, ce qui pourrait annoncer une baisse du marché.

Côté motorisations, « les ménages seront plus au rendez-vous que les sociétés sur le véhicule électrique et inversement sur le véhicule hybride rechargeable, anticipe Éric Champarnaud. On note aussi un rebond intéressant du GPL sur le mois de juin et jusqu’ici une poursuite de la baisse du diesel. »

Prévisions de marché des véhicules particuliers neufs par canal en 2020

  2019 2020p Δ%
Particuliers
% du marché total
988 872
44,7 %
790 000
46,5 %
– 20,1 %
Sociétés hors automobiles
% du marché total
481 233
21,7 %
410 000
24,1 %
– 14,8 %
Administrations
% du marché total
19 751
0,9 %
20 000
1,2 %
1,3 %
Total Sociétés
% du marché total
500 984
22,6 %
430 000
25,3 %
– 14,2 %
Ventes directes et garages
% du marché total
410 723
18,5 %
295 000
17,4 %
– 28,2 %
Constructeurs
% du marché total
35 097
1,6 %
25 000
1,5 %
– 28,8 %
Location courte durée
% du marché total
248 586
11,2 %
130 000
7,6 %
– 47,7 %
Total tactiques
% du marché total
694 406
31,4 %
450 000
26,5 %
– 35,2 %
TOTAL (1) 2 214 428 1 700 000 – 23,2 %

Source : C-Ways

Cinq tendances qui vont toucher le marché automobile

Le cabinet C-Ways a en outre identifié cinq tendances préexistantes qui ont été accélérées par le confinement et qui pourraient avoir des conséquences sur le marché automobile. En premier lieu, le désir de frugalité des Français pourrait entraîner des durées de détention plus longues et un nouvel essor du marché de l’occasion, voire le développement de l’autopartage et du covoiturage courte distance pour ceux pour qui la voiture n’est pas indispensable.

En parallèle, le confinement a encouragé un désir de consommer français et local, si bien que les marques automobiles françaises ou assemblées en France pourraient être gagnantes, de même paradoxalement que les distributeurs ayant des agences locales.

De plus, l’accélération de la sensibilité écologique des Français et l’envie d’un exode urbain pour les télétravailleurs pourrait devenir un relais durable pour le VE. « Une évolution démographique avec plus de gens en zone périurbaine ou rurale pourrait aussi donner une nouvelle raison d’être à l’automobile, pointe Jad Beyhum, datascientist chez C-Ways. Inversement, il pourrait y avoir plus de restrictions automobiles en zone urbaine, notamment suite aux municipales. »

Autre tendance : « Le lissage des horaires devrait s’enraciner, poursuit Jad Beyhum, réduisant le trafic automobile aux heures de pointe et une grosse partie de la mobilité pourrait disparaître avec le télétravail. En conséquence, la part modale de la voiture pourrait augmenter grâce à une moindre congestion des villes ou inversement entraîner un délaissement de la voiture dans les zones urbaines. » Enfin, le cabinet s’attend peut-être à un regain du « do it yourself » dans l’automobile et à un renouveau de la customisation et du covering.

Pour Éric Champarnaud, « le poids des entreprises en volume et en tant que « driver » de l’évolution du marché sera de plus en plus important », car « l’essentiel de la mobilité concerne les déplacements domicile-travail et qu’il est plus simple de restructurer le marché via les entreprises. »

PARTAGER SUR