C5 à la reconquête des flottes !

« La nouvelle C5 est clairement une voiture de fonction pour cadre supérieur. Pour cela, nous devrons reconquérir la clientèle et notre objectif est de parvenir à 60 % du volume d’immatriculations dans les flottes et véhicules d’entreprise », assure Gilles Michel, Directeur général de Citroën.

- Magazine N°133
426

Lors de la présentation de la nouvelle Citroën C5, les petits plats ont été mis dans les grands : show à l’américaine avec fumées et ballet de C5 roulant au ralenti sur une estrade, à la manière d’un défilé de mode. Et tout le staff présent, dont Jean-Pierre Ploué, le patron du style Citroën qui se félicite d’avoir réussi la transition entre une C5 malaimée (et pour cause…) et sa remplaçante qui renonce, une grande première, au hayon arrière. Le coffre n’en demeure pas moins conséquent sans renier la place pour les passagers arrière avec un empattement généreux de 2,82 m (soit 7 cm de plus que la précédente C5). La longueur totale est portée à 4,78 m (+ 3,5 cm) pour 1,86 m de largeur (+ 8 cm). Et pour mieux souligner l’appartenance à la catégorie « premium », le lancement du break, encore plus élégant et racé (une vraie réussite), sera concomitant en février prochain. A l’intérieur, la qualité semble au rendez-vous sur les modèles exposés. Le volant à moyeux fixe reste la marque de fabrique. L’élégance de la planche de bord en légère forme de vague rappelle une certaine Renault Laguna. Cette dernière a d’ailleurs du souci à se faire car Citroën, fort d’une bonne image de qualité, garantit sa nouvelle C5 deux années et n’entre pas dans la surenchère. Sous le long capot avant enfin, quatre diesel tous équipés du FAP : 1. 6 HDi 110 ch (à moins de 140 g/km de CO2),2. 0 HDi 138 ch,2. 2 HDI de 173 ch et V6 HDi de 208 ch. Et pour mieux reconquérir les cadres supérieurs réticents à la suspension hydractive, cette C5 sera disponible aussi en suspensions classiques dites «métalliques». L’ESP et 7 airbags seront proposés en série. Le système de parking automatisé sera au catalogue des options.

Citroën dispose aujourd’hui d’un véritable M2 à la hauteur de ses ambitions. Et l’objectif de 150 000 unités commercialisées en année pleine paraît justifié. « Cela représente un taux de conquête de plus de 55 % tout en fidélisant notre clientèle traditionnelle », explique Vincent Besson. Et Gilles Michel de préciser « que le temps des remises est terminé, cette C5 vaut son prix ! » Officieusement, il serait stable par rapport à l’ancienne C5. A vérifier en janvier prochain.

PARTAGER SUR