Capgemini cesse les commandes de véhicules thermiques purs

Capgemini, spécialiste des services informatiques, commandera désormais uniquement des véhicules hybrides ou électriques pour sa flotte mondiale de 12 000 véhicules. Le groupe a également lancé une nouvelle politique de réduction des déplacements professionnels et domicile-travail.
7960
recharge

Le spécialiste des services informatiques Capgemini a récemment annoncé l’arrêt immédiat des commandes de véhicules « purement diesel et essence à moteur à combustion interne » pour sa flotte mondiale de 12 000 véhicules. Ses futurs véhicules particuliers et utilitaires disposeront ainsi de motorisations hybrides ou électriques, avec pour objectif d’atteindre in fine une flotte 100 % électrique avant 2030.

De nouveaux contrats ont d’ores et déjà été conclus avec des loueurs et des constructeurs. « Environ 13 % des véhicules les plus polluants de la flotte de Capgemini disparaîtront cette année, et 24 % supplémentaires en 2022, précise le groupe. D’ici fin 2022, plus de 50 % de la flotte du Groupe sera hybride ou électrique, et 100 % d’ici fin 2025. »

Capgemini membre de l’initiative EV100

Capgemini vise en effet la neutralité carbone pour ses opérations d’ici 2025, et veut ensuite émettre zéro émission nette dès 2030. « Les émissions des véhicules de fonction représentant 10 % des émissions liées aux déplacements professionnels de Capgemini avant la pandémie de covid-19, cette transition devrait avoir un fort impact », estime Capgemini.

Déjà membre de l’initiative RE100 du Climate Group – qui soutient la transition vers 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2030 –, Capgemini a également rejoint l’initiative EV100. Celle-ci réunit une centaine d’entreprises qui s’engagent à accélérer la transition vers les VE et à normaliser le transport électrique d’ici 2030. Parmi celles-ci, les groupes ABB (11 000 véhicules), AstraZeneca (16 000 véhicules), Coca-Cola Europacific Partners, Deloitte, Deutsche Post DHL, HP Ink, Metro, Siemens, etc.

Réduire l’impact carbone des déplacements professionnels et domicile-travail

« L’engagement envers les VE fait partie d’une transformation plus globale en faveur des déplacements durables », précise Capgemini. Le groupe a tout d’abord introduit une nouvelle politique de réduction des déplacements professionnels. « Tous les employés sont incités à prendre en considération l’impact de la réduction des déplacements professionnels lorsqu’ils choisissent une voiture de fonction. », indique Vincent Moreau, directeur immobilier et fleet management de Capgemini.

Le groupe s’est aussi fixé un objectif de réduction de l’impact carbone des déplacements domicile-travail validé par l’initiative Science Based Targets (SBTi). Une enquête menée en début d’année a permis d’évaluer les habitudes de déplacement de 42 000 employés dans le monde actuellement et pré-covid-19, ainsi que leurs projets de déplacements à l’avenir.

« Celle-ci permettra d’élaborer des programmes pertinents et spécifiques au niveau des pays », se félicite Vincent Moreau. En France, Capgemini a déjà déployé le forfait mobilités durables. Aux Pays-Bas, les salariés ont accès gratuitement aux transports publics pour leurs déplacements professionnels et sont récompensés s’ils remplacent leur voiture par un vélo de fonction. Et en Inde, le groupe a misé sur des bus d’entreprise électriques.

Télétravail et voyages d’affaires

Par ailleurs, la pandémie de covid-19 a encouragé le télétravail qui a concerné près de 95 % du personnel du groupe. « Nous sommes en train de rendre certaines de ces mesures permanentes, annonce Vincent Moreau. Désormais, la ligne directrice du groupe est que les collaborateurs travaillent entre 30 et 70 % du temps au bureau ou sur le site du client. » À noter que l’entreprise intègre l’impact carbone du travail à domicile dans la composante des déplacements domicile-travail lors du calcul de son empreinte carbone.

À tout cela s’ajoute une nouvelle politique de voyages. « Celle-ci encourage les collaborateurs à choisir des options de voyage plus durables en leur fournissant des directives, un soutien et des outils concrets, explique Vincent Moreau. Par exemple, prendre un vol direct plutôt qu’un billet d’escale légèrement moins cher, choisir un hôtel plus proche du lieu d’arrivée ou encore regrouper les voyages. »