Captives et loueurs multimarques : la question des VR et des VO

Tous les acteurs de la LLD portent le risque de la revente sur le marché du véhicule d’occasion. Et avec des volumes importants à écouler chaque année, la perte peut être importante en cas de crise comme en 2008. Sur ce sujet délicat, les captives mettent en avant leur propre réseau mais les loueurs multimarques ne manquent pas non plus d’arguments.

- Magazine N°242
663

« L’ensemble des acteurs est condamné à grossir pour diluer le risque, explique Olivier Rigoni, président de Cogecar. À titre d’exemple, financer 80 000 véhicules à 20 000 euros en moyenne par an demande 1,5 milliard d’euros de capitaux. En s’introduisant en bourse, ALD Automotive a voulu trouver des relais pour se financer. D’autres acteurs cherchent à emporter des parts de marché et attaquent les leaders avec une valorisation plus forte des valeurs futures pour proposer des loyers plus compétitifs. »

Consultant pour son cabinet RRMC, Robert Maubé détaille le mode de calcul d’un loyer de LLD : « Tel qu’il apparaît au catalogue du constructeur,...