Car Cost Index 2021 : un TCO avantageux pour les véhicules électriques

D’après la 6e édition du Car Cost Index 2021, baromètre annuel du loueur LeasePlan, les véhicules électriques compacts et de taille moyenne sont désormais compétitifs, en termes de TCO mensuel, par rapport aux voitures essence et diesel dans la majorité des 22 pays européens étudiés.
1550
Car Cost Index 2021 LeasePlan
© Freepik

LeasePlan a publié son Car Cost Index 2021 (lire l’édition 2020) le 14 octobre 2021. Pour rappel, chaque année, ce loueur étudie le coût total de détention et d’utilisation ou TCO, pour Total Cost of Ownership, d’une voiture dans 22 pays en Europe*. Il détermine ainsi le TCO mensuel moyen d’un véhicule pour chaque pays (coûts énergie/carburant, amortissement, taxes, assurance, entretien, etc.). Puis, il compare le TCO sur différents segments de véhicules : citadines (B1), compactes (C1 et SUV-C1), standard de taille moyenne (D1) et premium de taille moyenne (D2).

Dans cette 6e édition, la moyenne des coûts s’établit sur les quatre premières années de détention, et sur la base d’un kilométrage annuel moyen parcouru par véhicule de 30 000 km. « Un véhicule électrique est dit “compétitif en termes de coûts” lorsqu’il est au maximum 5 % plus cher que son équivalent thermique (à moteur à combustion interne) », précise le Car Cost Index 2021.

Des TCO variables en Europe

Le coût mensuel moyen d’utilisation d’une voiture varie considérablement parmi les pays étudiés. Il est compris entre 743 euros par mois en Grèce et 1 138 euros par mois en Suisse. En France, le TCO moyen est de 887 euros par mois. D’après le Car Cost Index, « par rapport au PIB, le TCO d’un véhicule est le plus élevé pour les conducteurs suisses et portugais. En revanche, il est le plus bas pour les danois et allemands. D’un point de vue global, il coûte relativement cher de conduire en Europe du Nord-Ouest comme en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse. À l’inverse, il est moins coûteux de conduire un véhicule thermique dans les pays d’Europe du Sud-Est. En effet, la Pologne et la Grèce sont les pays où conduire respectivement une voiture essence et diesel coûte le moins cher.

Un meilleur TCO pour l’électrique sur la plupart des segments

En termes de motorisations, « l’électrique est plus abordable que l’essence et le diesel sur le segment D1 dans seize pays en Europe », selon LeasePlan. Rouler avec une voiture électrique de type D1 en France coûte 651 euros, contre respectivement 865 euros et 901 euros pour un véhicule diesel et essence. Notons qu’il est encore plus onéreux de rouler en hybride rechargeable : 962 euros en moyenne en France.

Le constat est le même sur le segment D2. « Les véhicules électriques du segment D2 sont l’option la plus abordable sur tous les critères de comparaison par rapport aux véhicules thermiques dans 17 pays en Europe. À savoir : Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Slovaquie, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni », selon le Car Cost Index 2021. Ainsi, le TCO d’un véhicule électrique de type D2 est encore plus élevé que celui d’un thermique en République Tchèque, en Hongrie, au Luxembourg et en Irlande, par exemple. Dans l’Hexagone, le TCO d’une voiture électrique de type D2 est moins élevé (899 euros) que celui d’une voiture diesel, essence ou hybride rechargeable (plus de 1 000 euros en moyenne).

Sur le segment C1, l’électrique reste également le choix le plus abordable dans quatorze pays : Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Suède, Suisse et Royaume-Uni. Même si le TCO d’un véhicule essence (737 euros) sur le segment C1 reste un peu moins élevé que le diesel (768 euros), il ne parvient pas au niveau du coût de l’électrique en France (644 euros).

Néanmoins, sur le segment B1, l’électrique peine encore à devenir rentable par rapport au diesel. Il est plus compétitif dans seulement huit pays sur les 22 à l’étude. Cela concerne notamment l’Allemagne, l’Italie, la Norvège, le Portugal, la Suède et la France.

Des arguments pour l’électrification des flottes

Le Car Cost Index 2021 a aussi comparé le TCO moyen par pays entre une Volkswagen Golf (diesel, essence ou hybride rechargeable) – voiture de flotte standard très répandue dans les pays étudiés – et une Volkswagen ID.3 (électrique). D’après son analyse, la Volkswagen ID.3 présente un coût total de détention inférieur à celui de la Volkswagen Golf dans douze des 22 pays européens étudiés.

Des raisons qui pousseront sûrement les entreprises à électrifier leurs flottes. « Le Car Cost Index montre que les arguments commerciaux en faveur du passage à l’électrique des flottes d’entreprise n’ont jamais été aussi forts. Dans le cadre du programme EV100, nous travaillons avec des entreprises telles que LeasePlan pour que les véhicules électriques deviennent la nouvelle normalité d’ici 2030. Il est donc formidable de constater que nous avons déjà franchi le point de bascule économique dans la majeure partie de l’Europe aujourd’hui, observe Sandra Roling, responsable des transports au sein de l’organisation The Climate Group. Toutes les entreprises peuvent et doivent commencer à convertir leur flotte à l’électrique. »

Des indicateurs en faveur de l’électrique

Enfin, en termes de ventilation du TCO, « les dépenses d’énergie et les taxes routières, moins élevées pour les véhicules électriques, contribuent à abaisser le coût total de détention d’un véhicule électrique dans son ensemble », indique le Car Cost Index 2021.

« Dans les quelques pays où les véhicules électriques ne sont pas encore compétitifs, l’écart de prix entre ceux-ci et les voitures diesel/essence s’est considérablement réduit. Si la tendance se poursuit, les véhicules électriques seront probablement plus compétitifs à l’usage que les thermiques dans l’ensemble des pays de cette enquête, y compris ceux de Europe de l’Est comme la Roumanie et la Pologne, d’ici 2025 », conclut le rapport.

À condition de déployer des points de charge

« D’après le Car Cost Index 2021, les voitures électriques ont enfin franchi le seuil d’accessibilité financière et sont désormais compétitives dans toute l’Europe, commente Tex Gunning, dirigeant de LeasePlan. Mais l’action des gouvernements en matière d’infrastructures de recharge électrique reste largement insuffisante. Tant que les points de recharge ne seront pas aussi présents que les stations-service dans les rues de Glasgow, l’Europe n’a aucun espoir d’atteindre le zéro émission nette de CO2. À l’approche de la COP26, nous demandons aux décideurs politiques d’investir dans les IRVE à la hauteur de leurs ambitions d’atteindre zéro émission nette. »

* Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède, Suisse.

PARTAGER SUR