Carburant : les technologies de l’Optifuel Lab3 disponibles d’ici 2022

En avançant une économie de carburant de 12,5 %, l’Optifuel Lab3 de Renault Trucks et de ses douze partenaires veut offrir aux transporteurs des sources d’économie d’ici 2022.
1205
Optifuel Lab3
L’ensemble routier Optifuel Lab3, avec sa semi-remorque Fruehauf profilée, bénéficie aussi du système APCS de maintien automatique de la pression des pneus de Fruehauf.

Sélectionné et financé depuis 2018 par BPI France, l’Optifuel Lab3 du Projet Falcon a validé en mai une réduction de 12,5 % de la consommation de carburant d’un ensemble routier diesel de 44 t roulant entre 15 km/h et 90 km/h. Pilotés par Renault Trucks, les travaux ont réuni Faurecia, Michelin, Total, Fruehauf, Wezzoo, BeNomad, Styl’Monde, Polyrim, Enogia, l’Ifpen, l’École Centrale de Lyon (LMFA) et l’université Gustave Eiffel.

Ces partenaires ont traité cinq thèmes : l’aérodynamisme de l’ensemble routier, les pneus connectés à faible résistance au roulement, la fluidité de la chaîne cinématique, la récupération de chaleur sur le système d’échappement ou le circuit de refroidissement, et l’aide automatisée à la conduite. Après 15 500 km d’essais sur piste et route ouverte, Renault Trucks a validé la réduction de 3,75 l de carburant et 9,8 kg de CO2 aux 100 km par rapport à un modèle T de série attelé à une remorque standard.

Optifuel Lab3
Le nez du tracteur conçu par Renault Trucks s’ajoute aux caméras rétroviseurs, au carénage de Styl’Monde et aux pneus Michelin pour réduire la consommation.

La MaxiSpeed Easy de Fruehauf

« La réglementation Vecto ignore la contribution de notre semi-remorque dans la réduction des émissions de CO2 et ne retient que les 5 % du tracteur, prévient Georges de Ternay, chef d’étude de Renault Trucks et responsable du projet Falcon. Mais les résultats sont confirmés et les concepteurs proposeront leurs technologies aux transporteurs. » La semi-remorque MaxiSpeed Easy de Fruehauf, dont le toit est ajustable entre 2,75 et 3,05 m au chargement et au roulage, est déjà disponible. « Nous la commercialisons depuis 18 mois, explique Philippe Le Pochat, directeur commercial de Fruehauf. Ses poteaux latéraux permettent d’abaisser l’arrière de son toit en fonction des chargements et de gagner en aérodynamisme. Nous automatiserons le système en installant des capteurs de volume et dix vérins électriques de chaque côté, et commercialiserons sa nouvelle version fin 2022. »

Optifuel Lab3
Les technologies mises au point par l’Optifuel Lab3 seront applicables aux ensembles routiers roulant au gaz, au B100, à l’électricité ou à l’hydrogène.

Pneus Michelin et huiles Total

Chez Michelin, c’est l’interconnexion entre les pneus à faible résistance au roulement et l’ordinateur de bord qui sera développée. « Sachant qu’un tiers du carburant est consommé par les pneus, le pneu concept Michelin vise à réduire cette consommation et les émissions de CO2, explique Frédéric Domprobst, concepteur pneus poids lourd. Par sa connectivité au calculateur du camion, l’ordinateur de bord permet d’ajuster, en instantané, la consommation de fuel nécessaire. L’opportunité d’un lancement commercial est à l’étude. »

De son côté, Total a fourni les lubrifiants à faible viscosité pour le moteur, la boîte de vitesses et le pont qui alimenteront les futurs véhicules ou intégreront le catalogue des huiles garanties par les constructeurs. Renault Trucks et Volvo Trucks, eux, devraient intégrer le système de récupération de chaleur Rankine et les systèmes d’aide automatique à la conduite.

PARTAGER SUR