Carburants : Bosch mise sur le biodiesel

L’équipementier allemand Bosch teste depuis début novembre pour les véhicules de membres de son directoire le diesel renouvelable C.A.R.E., produit à partir de matières résiduelles, de déchets, d’huiles alimentaires usagées et de résidus de graisse.

1145
Bosch technologie biodiesel CARE
© Bosch

Le diesel C.A.R.E est produit par raffineur finlandais Neste – spécialiste des biocarburants qui fabrique notamment du biopropane – et distribué en Allemagne par la société Toolfuel. Il ne contient pas de carburant diesel classique, c’est-à-dire d’origine fossile, précise Bosch. « En raison des coûts de fabrication, un litre de diesel C.A.R.E. est un peu plus cher qu’un litre de carburant diesel classique », indique Bosch.

Pour l’instant, ce biodiesel n’est utilisé que par les membres du directoire de Bosch au sein de l’entreprise, mais d’autres flottes d’essai sont en circulation. En Allemagne, « le diesel C.A.R.E. n’a pas encore été intégré dans le Règlement fédéral relatif à la lutte contre la pollution et n’est donc pas disponible actuellement dans les stations-service normales », explique Bosch. En outre, son utilisation est soumise à une norme supplémentaire baptisée DIN EN 15940 et destinée aux carburants paraffiniques, dont la densité est légèrement inférieure et la combustibilité supérieure par rapport au diesel classique, soumis quant à lui uniquement à la norme DIN EN 590. Et tous les véhicules ne sont pas validés pour les carburants paraffiniques.

En parallèle, l’équipementier allemand utilise un autre biodiesel, le R33 Bluediesel, dans les stations-services de trois de ses sites, à destination de ses véhicules de développement et de société. Il souhaite que « toutes ses stations-services situées sur le territoire allemand proposent des carburants de synthèse et renouvelables destinés aux voitures de société et véhicules utilisés pour les livraisons internes. »

Biodiesel : un impact écologique plus rapide ?

« L’utilisation de carburants de synthèse et renouvelables peut contribuer largement à limiter le réchauffement climatique. Leur utilisation a un impact écologique beaucoup plus rapide que le renouvellement complet du parc de véhicules et des infrastructures dans la mesure où il est possible de continuer à utiliser les stations-service existantes, a argué Volkmar Denner, président du directoire de Bosch. Ce dernier juge ainsi que « les carburants de synthèse et renouvelables devraient être pris en compte dans la réglementation sur les émissions de CO2 des flottes pour les véhicules particuliers et les camions. »

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Bosch estime même que « d’ici 2050, l’utilisation systématique de carburants de synthèse et renouvelables, en complément de l’électrification, dans le parc européen de véhicules particuliers pourrait permettre d’économiser jusqu’à 2,8 gigatonnes de CO2. »

Pour convaincre de la pertinence du diesel dans le mix énergétique, l’équipementier a d’ailleurs présenté en avril 2018 une technologie diesel respectant les normes d’émissions de NOx. Ce positionnement n’est pas désintéressé, puisque la baisse de la demande en véhicules diesel à fermer son site de Venissieux et d’autres sites sont menacés.