Francfort 2007 : comme un parfum d’éthanol !

Carlos Ghosn : « nous ne sommes qu’au début de notre offensive ! »

- Magazine N°132
497

Une campagne d’affichage « Nouvelle Laguna » envahissant tout le pourtour des halls d’exposition du salon de Francfort, une présence sur les stands dans un des halls les plus fréquentés. Le lancement de la Laguna 3 et la présentation exclusive de 10 nouveautés… Pas de doute, Renault a véritablement mis le paquet au salon de Francfort pour y faire oublier les déconvenues de la Laguna 2, mais aussi pour marquer le début de l’offensive produits de la marque et rassurer le secteur de l’automobile sur son dynamisme. Renault est de retour ? En tout cas le constructeur fait jouer les fondamentaux : le produit, la gamme, la qualité et l’innovation.

Après la nouvelle Twingo, c’est donc la Laguna 3 qui a été présentée en Allemagne.A ces nouveautés se sont associées également la présentation du nouveau Kangoo, d’un Kangoo Compact Concept (le futur utilitaire Kangoo en version courte), de la Logan pick-up, de la Sandero (petite voiture à moins de 9 000 € destinée à l’Amérique latine construite sur la plateforme de la Logan), du concept-car Laguna coupé, le 4X4 Koleos et la Clio en version SW. Un sacré renouvellement de modèles mais surtout une véritable extension de gamme. Une première salve en tout cas puisque dans le Contrat Renault 2009, ce sont en tout 26 modèles nouveaux qui sont programmés. Comme l’a expliqué Carlos Ghosn, « nous ne sommes qu’au début de notre offensive et nous avons confiance dans les produits que nous allons lancer. Tout le monde est mobilisé pour faire la preuve de notre savoir faire en matière de qualité. » Cette démarche d’amélioration de la qualité a même amené « l’innovation sélective » comme principe nouveau chez Renault : « pas de lancement de nouvelles technologies si elles ne sont pas totalement fiabilisée », lâche le président de Renault. Il en est allé ainsi de la Laguna version quatre roues directrices. « Son lancement était prévu dès le démarrage mais il fallait valider très sérieusement cette innovation avant de la présenter ». « Un véhicule innovant qui n’a pas une totale fiabilité, va à contre emploi ».

A cette occasion, Carlos Ghosn a également défini les contours de la nouvelle identité de la marque : Proche, fiable et enthousiaste. « Une marque proche, c’est-à-dire populaire, accessible, à l’écoute de ses clients et soucieuse de son environnement ; Renault, c’est aussi une entreprise enthousiaste, passionnée, ouverte au changement et capable de se mobiliser pour relever de grands défis ; enfin, Renault s’est engagé à devenir une marque fiable, robuste, une marque qui inspire confiance ». Le patron de Renault s’est montré également confiant. Celui-ci a ainsi confirmé ses objectifs : « avec une marge opérationnelle de 3,5 % au premier semestre, nous avons confirmé notre objectif de 3 % sur l’année et préparons le jalon de 4,5 % en 2008, avant notre engagement de 6 % en 2009. Par ailleurs, notre première vague de nouveaux produits doit nous permettre de renouer avec la croissance en Europe et d’intensifier encore notre croissance hors d’Europe, en vue d’atteindre 800 000 véhicules supplémentaires à l’horizon 2009 ».

Enfin, Carlos Ghosn nous a indiqué qu’il y avait encore beaucoup de modèles absents dans l’offre de Renault, notamment un véhicule sportif, un modèle haut de gamme et un véhicule low cost situé au-dessous de la Logan. « Pour les hybrides, nous détenons cette technologie mais on ne la propose pas sur le marché parce que nous pensons que la demande n’existe pas.

Au sujet de la mobilité durable, Carlos Ghosn nous a confié que le développement de la gamme Flexfuel de Renault dépendra beaucoup des mesures prises par les gouvernements favorables à l’E85. « Nous avons déjà commercialisé la Mégane Flexfuel, il y aura d’autres modèles de la gamme Mégane à évoluer dans cette voie ».

De même, à l’égard d’une prime d’Etat favorisant l’achat de véhicules propres, Carlos Ghosn se montre pragmatique. « Que la fiscalité intègre la protection de l’environnement me semble raisonnable. Mais il faut voir les modalités d’application d’une telle prime. D’autres pays ont mis en place une politique de ce type ; la stratégie italienne est par exemple une expérience à examiner. Tout ce qui permet de relancer l’industrie automobile, nous y sommes favorables pour nous et surtout pour nos fournisseurs et nos distributeurs. Mais Renault n’a pas de propositions à faire, il s’agit là d’une décision gouvernementale ».

Francfort 2007 : comme un parfum d’éthanol !

PARTAGER SUR