CES 2020 : connectivité totale

Venue en grande force, la planète automobile demeure l’un des participants majeurs du CES de Las Vegas, le grand rendez-vous mondial de la technologie grand public. Entre connectivité, mobilité partagée, électrification et bien sûr conduite autonome, voici un bilan des avancées qui se retrouveront (peut-être) à bord des véhicules de demain.

566
0-ces-las-vegas-2020

Avec 175 000 visiteurs professionnels et plus de 4 500 exposants début janvier, le CES reste le salon de la démesure. Une démesure que l’on retrouvait avec l’omniprésence des hautes technologies dans les véhicules de demain. Car c’est au CES que les équipementiers montrent leurs technologies aux constructeurs venus faire leurs « courses ».

Des constructeurs aussi au rendez-vous pour souligner leur modernité à coups de show-cars, collaborations avec des start-up ou démonstrations en grandeur réelle. Le fameux « Strip » de Las Vegas était d’ailleurs constellé de véhicules autonomes bardés de capteurs, dont les dizaines de VTC de Lyft mis en place depuis l’an passé avec Aptiv.

Commençons par les équipementiers. Pour toucher d’autres clients que les constructeurs, Valeo misait sur le eDeliver4Un, un petit droïde autonome de livraison de repas, conçu avec une plate-forme chinoise. 17 repas peuvent être livrés automatiquement dans ce petit module de 2,80 m de long et 1,20 m de large, qui se déplace à 12 km/h avec 100 km d’autonomie en propulsion électrique (48 V).

Aptiv VTC Lyft
Aptiv VTC Lyft
Valeo eDeliver4U
Valeo eDeliver4U
Valeo Move predict.ai
Valeo Move predict.ai

Les équipementiers en première ligne

L’équipementier mettait aussi en avant Valeo Move Predict.ai, un ensemble de capteurs (caméras, lidars) pour analyser la présence et prédire les mouvements des piétons et autres conducteurs de trottinette autour du véhicule. Quant au Smart Cocoon 4.0, il définit une sorte de « voiture empathique » qui identifie le niveau de stress, le sexe, l’âge, l’habillement entre autres critères, pour régler au mieux le son, le chauffage, la lumière et même le parfum de bord.

Du côté de Faurecia, des partenariats ont été noués dont celui avec Microsoft Azure pour le cloud, et Microsoft Connected Vehicles pour organiser de vraies téléconférences de travail en mode autonome.

Chez Bosch, l’accent était mis sur l’intelligence artificielle, soit 3,7 milliards d’euros d’investissements annuels pour le géant allemand. En rappelant que le marché des écrans automobiles atteindra 30 milliards de dollars d’ici 2025, Bosch montrait un écran 3D qui donne l’impression de projeter des images directement sur la planche de bord. Bosch a aussi fait sensation avec un pare-soleil à cristaux liquides qui assombrit avec précision les parties éblouissantes. Sans oublier un concept de projection de messages et informations sur n’importe quel type de lunettes standards.

Pare-soleil Bosch
Pare-soleil Bosch

Autre géant, Continental a multiplié les innovations dont le système audio Ac2ated Sound, créé avec Sennheiser Ambeo : au lieu de haut-parleurs, des actuateurs (petits moteurs) créent les vibrations directement dans le mobilier de l’auto, sur toutes les fréquences. Spectaculaire, qualitatif (nous avons eu droit à une démonstration) et prévu d’ici deux ans sur le marché.

Avec la technologie cubiX en collaboration avec Microsoft, ZF jouait sur une électronique poussée pour contrôler les différents éléments du châssis de demain. Chez Harman (groupe Samsung), plusieurs pistes pour ce CES, dont un système hi-fi étudié pour les véhicules électriques, deux fois plus léger et économe en électricité. La marque va d’ailleurs équiper des BMW en modems 5G dès 2021. Et un démonstrateur montrait une application impressionnante, le V2P (vehicle to pedestrian) : caché par un camion, un piéton sera ainsi pris en compte par l’automobile arrivant à sa hauteur.

Qualcomm, spécialiste des processeurs de téléphonie, s’intéresse à l’automobile : 100 millions de voitures s’équipent déjà de ses puces. Et il s’apprête à lancer au second semestre des processeurs qui pourront évoluer durant leur cycle de vie. Un point d’autant plus important que le rythme d’innovation de la tech et la durée de vie des produits sont bien plus courts que dans l’automobile. Qualcomm se penche aussi sur le cloud et les aides à la conduite, avec la conduite autonome en vue. Un domaine que vise Sony avec une gamme de caméras et capteurs, symboliquement mise en avant avec le Vision-S, un concept-car électrique construit pour l’occasion.

Notons aussi la collaboration de Saint-Gobain avec Cerence (Nuance), qui combine commandes vocales et projection interactives sur le pare-brise, pour poser une question sur un élément affiché en le désignant simplement du regard.

Continental Ac2ated Sound Sennheiser Ambeo
Continental Ac2ated Sound Sennheiser Ambeo
ZF Microsoft cubiX
ZF Microsoft cubiX
Harman
Harman
Qualcomm
Qualcomm
Sony Vision-S
Sony Vision-S

Des start-ups toujours en phase préliminaire

Passons aux start-up. Depuis son lancement en grande pompe il y a trois ans, Faraday Future a été donné pour mort plus d’une fois. Pourtant, nous avons pu faire un tour dans la FF 91, un impressionnant engin de plus de 5 m, aux lignes flatteuses mais encore au niveau d’un prototype. Les premiers modèles pourraient être livrés pour la fin de l’année, une assertion très optimiste à 150 000 à 200 000 dollars l’unité… Cette FF 91 est mue par trois moteurs électriques cumulant 1 050 ch et sa batterie de 130 kWh procure plus de 320 km d’autonomie. Malgré son gabarit XXL, elle accélère fort (2,5 s de 0 à 100 km/h) et atteint 250 km/h. Des roues arrière directrices assureraient son agilité et une suspension pneumatique, son confort.

Nombre des talents partis de chez Faraday ont créé Canoo, une start-up aux contours plus raisonnables. Près de 400 personnes y développent un monospace électrique de sept places (batterie de 80 kWh, 400 km d’autonomie). Celui-ci ne sera que loué sur une base mensuelle, avec un abonnement facilement annulable. Lancement attendu en 2021. On pouvait découvrir son châssis (développement maison) sur le stand de Dassault Systèmes.

Autre nouveauté un peu lointaine encore, le SUV Fisker Ocean du designer Henrik Fisker. Assez compact et voulu très vert avec ses matériaux recyclés, il offre plus de 400 km d’autonomie théorique, à un tarif alléchant de 37 499 dollars. Si tout va bien, sa commercialisation débutera en 2022. Bien plus avancé, le SUV M-Byte de Byton était décliné dans sa version finale, avec l’annonce des premiers partenariats pour remplir son immense écran de 48 ’’ qui fait office de planche de bord (contenus vidéo, météo, commandes vocales, navigation, radio numérique, etc.).

Faraday Future
Faraday Future
Fisker Ocean
Fisker Ocean
Byton M Byte
Byton M Byte

Des constructeurs inventifs

On ne vient pas au CES lancer un modèle mais plutôt communiquer sur l’avenir en forçant parfois le trait. C’était le cas de Hyundai qui a obtenu la palme de l’originalité avec son… drone VTC. Premier modèle du programme Uber Elevate prévu pour démarrer en 2023, le Hyundai S-A 100 % électrique embarque quatre passagers à 290 km/h et jusqu’à 100 km. Il décolle verticalement et sera piloté par un humain avant de passer en mode autonome.

Chez Mercedes, les designers ont dessiné un concept très… conceptuel avec l’AVTR, inspiré par les créateurs du film Avatar. Batterie au graphène, projection des commandes sur la paume de la main des passagers, impact écologique nul : tout est possible avec ce concept pour le moins futuriste.

Plus concret, Toyota a dévoilé un projet de ville interconnectée dont la construction est prévue au pied du mont Fuji. Honda proposait pour sa part un concept qui se conduit avec un volant permettant l’accélération et le freinage avec des mouvements longitudinaux.

Renault était présent avec la start-up Otodo, autour d’une solution de communication sécurisée entre le véhicule et une « smart home ». Chez Fiat-Chrysler, revoilà le très sympathique concept Centoventi de Panda du futur, électrique et modulable, vu à Genève l’an passé, et le concept Airflow avec un intérieur de luxe aussi futuriste que simpliste.

Ford mettait quant à lui en vedette sa Mustang Mach-E, crossover électrique qui arrivera en Europe d’ici la fin d’année. Et Audi a ressorti son joli concept électrique compact AI:ME, alors que BMW se concentrait sur le confort intérieur, avec plusieurs variantes de fauteuils « lounge ». Ainsi, vingt BMW i3 Urban Suite ont sillonné Las Vegas, avec un siège arrière droit façon « lounge chair » ‒ le siège avant droit est supprimé. Plus proche de la série, le siège passager ZeroG Lounger du X7, ultra confortable, offre une inclinaison à 60 ° sans compromis sur la sécurité.

Hyundai S-A
Hyundai S-A
Mercedes AVTR
Mercedes AVTR
Honda
Honda
Ford Mustang Mach-E
Ford Mustang Mach-E
BMW i3 Urban Suite
BMW i3 Urban Suite
BMW X7 ZeroG Lounger
BMW X7 ZeroG Lounger

Deux-roues : l’électrique roi

Enfin, les deux-roues n’étaient pas en reste avec des motos électriques dont la spectaculaire Damon Hypersport Pro intégrant la technologie BlackBerry QNX. Très performante, avec une position de conduite ajustable, elle se dote d’une batterie de radars et caméras pour surveiller son environnement.

Concluons avec le scandinave Cake et son Ösa, étrange cyclomoteur électrique au design épuré, ultra léger (55 à 65 kg), sur lequel tout type de panier ou accessoire de portage peuvent se fixer facilement. Deux versions au programme, en équivalent 50 cm3 ou moto (95 km/h maxi) avec 100 à 120 km d’autonomie. Le high-tech est partout au CES, avant de rejoindre nos routes.

Damon Hypersport Pro
Damon Hypersport Pro
Cake Ösa
Cake Ösa
PARTAGER SUR