Chevrolet sur de nouvelles bases

On connaissait Chevrolet pour ses modèles sportifs ou massifs typiquement adaptés au marché US. Désormais, la marque se distingue avec une gamme plus orientée vers le marché européen.

- Magazine N°117
448

C’est sur tous les fronts que doit combattre la «jeune» marque Chevrolet présente à nouveau sur le marché français. D’abord, les modèles de l’ex-constructeur Daewoo (racheté par GM) conservent des gênes coréens qu’il est difficile de masquer tant que la gamme n’aura pas été totalement renouvelée et n’aura pas adopté la nouvelle identité de la marque. Ensuite, son passé «américain» lui confère une connotation haut de gamme que les responsables de la marque aimeraient faire oublier afin d’aborder le marché en tant que constructeur généraliste et non plus de spécialiste.

A ce titre, Chevrolet se doit enfin de se démarquer de GM, moins pour ne pas être étouffé par le groupe américain que pour mieux affirmer une identité originale. Du moins en Europe, puisque Chevrolet est dans 120 pays dans le monde, la marque la plus diffusée du groupe GM ; en tête des ventes en Amérique du Nord comme en Amérique latine. C’est dire si, en Europe où Chevrolet a immatriculé 240 000 véhicules l’an passé (+ 26 %), les nouveaux modèles qui vont donner un élan à la marque sont attendus avec impatience. C’est seulement cet été que le Chevrolet nouveau sera commercialisé en France. Il s’agit du Captiva, un SUV compact 2 et 4 roues motrices et 7 places qui sera proposé en versions essence, diesel et surtout GPL.

Car si la gamme Chevrolet va désormais pouvoir bénéficier de moteurs diesel, c’est aussi le GPL présent sur toute la gamme, qui est encore mis en avant par ce constructeur. Spécialisée depuis presque 10 ans en France dans le GPL, ce type de carburation représente 30 % de ses ventes. Soit 2 500 unités sur un total de 8 700 l’an passé (+ 10 %). « Dans le domaine des ventes aux sociétés, indique Jean-Philippe Cathelot, responsable des ventes flottes de Chevrolet, le même taux de 30 % de ventes en GPL est enregistré ». Il s’agit de ventes aux entreprises développées au travers du réseau de la marque mais aussi en interne où les appels d’offres sont centralisés, notamment ceux émanant des administrations.comme l’explique Jean-Philippe Cathelot, « nous avons ainsi livré au Conseil général de Strasbourg 75 véhicules GPL sur le segment B et M1 correspondant à nos modèles Kalos et Lacetti. » Enfin, pour poursuivre la croissance de ce secteur de ses ventes, Chevrolet va aussi développer une activité de LLD avec Masterlease (groupe GM) mais aussi naturellement avec les autres loueurs présents sur le marché.

Pour 2006, les niveaux de croissance de ventes attendus sont importants en raison des petits volumes concernés. Ainsi, hors ventes aux loueurs, Chevrolet envisage 800 ventes à des flottes contre 300 l’an passé. Quant à la marque en France, son objectif est de progresser rapidement à 1 % du marché contre 0,4 % actuellement.