Chronopost : le pari de l’électrique

Chronopost cherche depuis vingt ans à verdir sa flotte, en lien avec le développement d’espaces logistiques urbains. Aujourd’hui, l’expressiste a pour objectifs d’atteindre 1 200 utilitaires électriques en circulation d’ici 2022, tout en favorisant en parallèle l’entrée de véhicules particuliers électriques et hybrides au sein de sa car policy.

- Magazine N°256
2243
Dans le cadre de l’électrification de sa flotte, Chronopost déploie des micro-dépôts baptisés Chrono City dans les grandes villes pour les livrer uniquement avec des VU à faibles émissions, tout en optimisant les tournées.
Dans le cadre de l’électrification de sa flotte, Chronopost déploie des micro-dépôts baptisés Chrono City dans les grandes villes pour les livrer uniquement avec des VU à faibles émissions, tout en optimisant les tournées.

« Tout a démarré il y a vingt ans, en 1999, relate Pascal Triolé, directeur industrie et achats chez Chronopost. J’étais déjà en charge de la RSE. Nous avions lancé un premier produit de manutention baptisé Chronocity Trolley et basé sur une structure porteuse autonome de type transpalette électrique. D’une capacité d’emport de 1,5 m3, ce Chronocity Trolley livrait les Champs-Élysées et les zones piétonnes en hyper centre-ville. » Par la suite, Chronopost a créé ses premiers espaces logistiques urbains (ELU) dès juin 2005 à la Concorde, puis ailleurs à Paris, Lille, Marseille, Toulouse, etc.

La neutralité carbone depuis 2012

Pascal TrioléChronopost a...

PARTAGER SUR