Les Polyvalentes (B2)

Citroën C3 Picasso : vraiment utile ?

Mieux vaut tard que jamais pour le C3 Picasso, petit monospace concurrent du Renault Modus et du leader Opel Meriva qui en est déjà à sa deuxième génération.

- Magazine N°146
664

L’avantage du «petit» dernier, c’est qu’il va tenter de ne pas répéter les erreurs de la concurrence. A commencer par des dimensions pas trop compactes et avec 4,08 m de longueur (1,73 m de largeur et 1,62 m de hauteur), ce C3 Picasso affiche un vrai coffre (285 l sous la tablette, 500 l au pavillon et 1 506 l au maximum), le meilleur du segment d’après Citroën et quatre vraies places (la cinquième, centrale arrière étant là pour la figuration). Ce C3 Picasso, baptisé « Magic Box » par la marque au double chevron fait aussi valoir l’ADN du C4 Picasso, à savoir une surface vitrée importante et un comportement dynamique de haut niveau qui assure aussi un bon confort. Sous le capot, les deux diesels 1.6 HDI de 90 ch (125 g) et 110 ch (130 g) assurent correctement leur ouvrage mais notez que le poids à vide est important (1,3 t) et que le SCx n’est pas des meilleurs. D’où ces émissions de CO2 pas révolutionnaires. Au volant, il faut aimer conduire ce genre de véhicule où la position de conduite s’avère toujours plus proche d’un utilitaire que d’une berline et, d’autre part, la prise de roulis plus marquée que dans un break du même métal. Il faut donc plutôt considérer ce minispace comme une citadine spacieuse et polyvalente mais, en aucun cas, comme une compacte routière. Ajoutez-y des prix un peu trop élevés et vous obtenez un «hybride» qui n’arrive pas à offrir toutes les qualités réunies des segments auxquels il les emprunte. Une voiture peu rationnelle en quelque sorte. Mais sympathique au demeurant !

Les Polyvalentes (B2)

PARTAGER SUR