Citroën ë-Berlingo – Peugeot e-Partner : convaincants

Moins d’un an après les ë-Jumpy et e-Expert, Citroën et Peugeot lancent les ë-Berlingo et e-Partner. Des fourgonnettes 100 % électriques et convaincantes.
1439
Citroën ë-Berlingo
Citroën ë-Berlingo

Au sein de Stellantis, l’ex-groupe PSA développe sa gamme de VU zéro émission avec les Citroën ë-Berlingo et Peugeot e-Partner, auxquels s’ajoutent l’Opel e-Combo et le Toyota Proace City Electric.

Ces fourgonnettes électriques reprennent la recette des grands frères ë-Jumpy et e-Expert. D’ailleurs, tous ces modèles ont en commun leur chaîne de traction ; la batterie, d’une puissance de 50 kWh, est implantée dans le plancher. En série, ces VU se dotent d’un chargeur de 7,4 kWh. Pour aller plus vite, un chargeur 11 kWh est en option. Ces ë-Berlingo et e-Partner sont compatibles avec la charge rapide en courant continu, soit « un plein » de 10 à 80 % en une trentaine de minutes.

Cette implantation des batteries dans le plancher préserve le volume utile, identique à celui des versions thermiques : 3,3 m3 en version standard et 3,9 m3 en version longue. Mais les choses changent pour la charge utile du fait du poids des batteries et malgré le recours systématique à l’essieu renforcé autorisant jusqu’à 1 t de charge utile : les ë-Berlingo et e-Partner n’acceptent que 800 kg en version courte et 750 kg en version longue.

ë-Berlingo et Peugeot e-Partner : agrément de conduite

La motorisation développe une puissance maximale de 136 ch, pour 260 Nm de couple maxi disponible immédiatement. Les accélérations, tout comme les relances à vide ou en charge, se montrent très convaincantes. Et le silence n’est troublé que par les bruits de roulement des pneus, les bruits aérodynamiques (bien contenus) et surtout les bruits extérieurs. La vitesse maxi de 135 km/h s’atteint très facilement et se maintient aisément. Mais l’autonomie fond comme neige au soleil. Heureusement, sur route et en ville, le système de récupération d’énergie au freinage ou au lever de pied se fait très efficace. La position B pour Brake, qui commande la récupération renforcée d’énergie, est très performante, avec à la clé de vrais ralentissements quasiment jusqu’à l’arrêt.

Ces fourgonnettes partagent performances, dimensions utiles et agrément de conduite, à quelques détails près. L’e-Partner se distingue par son poste de conduite qui adopte le désormais classique i-Cockpit. Un i-Cockpit qui ne permet pas de profiter de l’espace de rangement (avec rabat) sur la partie supérieure de la planche de bord, en face du conducteur, ni de l’affichage tête haute dont peut bénéficier l’ë-Berlingo. Comptez à partir de 30 500 euros HT pour l’ë-Berlingo et de 30 600 euros pour l’e-Partner.

Citroën ë-Berlingo – Peugeot e-Partner L1/L2

Moteur Électrique
Puissance maxi (ch) 136
Couple maxi (Nm) 260
Émissions de CO2 (g/km) 0
Vitesse maxi (km/h) 135
Poids à vide (kg) 1 566 / 1 626
Charge utile (kg) 800 / 750
Masse totale autorisée (kg) 2 366 / 2 396
Volume utile (m3) 3,3 / 3,9 (3,8 et 4,4 avec cloison modulaire)
L x l x h (mm) 4 403 / 4 753 x 2 107 x 1 825
À partir de (€ HT) 30 500 (ë-Berlingo) et 30 600 (e-Partner)

Notre avis

PLUS Silence de conduite ● Performances du moteur
MOINS Charge utile inférieure aux thermiques ● Autonomie limitée