Citroën Jumper et Peugeot Boxer refont leurs gammes

Afin de se conformer à l’Euro 6d, un nouveau 2.2 BlueHDi est au programme et le Groupe PSA en profite pour revoir les finitions et appellations de ses gros utilitaires Citroën Jumper et Peugeot Boxer.

1184
Jumper Boxer

C’est la dernière coopération entre les groupes PSA et Fiat. Coopération qui a d’ailleurs été reconduite en février dernier jusqu’en 2023 afin de d’augmenter les capacités de production de l’usine Sevel Sud à Val di Sangro en Italie. En effet, non seulement y sont fabriqués depuis 40 ans les Fiat Ducato, Citroën Jumper et Peugeot Boxer, mais vont bientôt aussi en sortir les Opel et Vauxhall Movano, précédemment produits par Renault.

Pour l’heure, la priorité reste la mise en conformité des motorisations avec la norme Euro 6d obligatoire au 1er septembre prochain pour les utilitaires de 3,5 t. Afin d’y parvenir, le 2.0 turbodiesel actuel est remplacé par le 2.2 BlueHDi disponible en trois puissances : 120 ch et 300 Nm (+ 10 ch), 140 ch et 340 Nm (+ 10 ch) ainsi que 165 ch et 370 Nm (+ 5 ch et + 20 Nm), tous équipés en série du Stop&Start. L’année prochaine, une version électrique sera aussi commercialisée.

Ce renouvellement des motorisations s’accompagne aussi d’une nouvelle dénomination des gammes, reprenant celles inaugurées sur les plus petits utilitaires PSA : Citroën Jumper Control, Club, Worker et Driver d’une part, et Peugeot Boxer Pro, Premium, Asphalt et Grip d’autre part. La commercialisation est immédiate.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter