Comment Forclum Basse Normandie maintient ses coûts

Depuis huit ans, la société Forclum Basse Normandie (groupe Eiffage) spécialisé dans l’électronique, le thermique et la mécanique, gère son parc automobile avec la solution de Kimoce.

- Magazine N°138
508

A la tête de 393 cartes grises (véhicules de liaison, poids lourds, voitures particulières, parc outillage), Philippe Davous, Responsable des moyens généraux chez Forclum Basse Normandie, gère le parc à 90 % en location et à 10 % en achat. La solution Kimoce gère donc plusieurs types de contrats (entretien, location, maintenance), les frais kilométriques, les dépenses carburants (interfaçage avec les données de la carte Total), mais aussi la ventilation des véhicules et leur durée de location. Jusqu’au début des années 2000, la politique de l’entreprise consistait à beaucoup réparer ses véhicules gérés en achat. « Lorsque nous avons fait le choix de passer en LLD avec ALD et Arval, nous avons adopté des contrats de 48 mois et 150 000 km. Il nous fallait un fournisseur de solutions pour agréger et synthétiser les données de tous les contrats, qu’ils soient rattachés à la location longue durée, à la location financière ou à l’achat », explique-t-il. Cette photographie en temps réel de l’état des contrats, de celui des renouvellements en cours, ou encore des états de maintenance et des consommations carburants est essentielle pour Philippe Davous. « Nous sommes un compte d’exploitation à nous seuls dans la mesure où nous sommes propriétaires de l’ensemble des ressources du parc que nous louons ensuite à des équipes de production. Tous les mois, je recouvre les frais de location auprès des diverses équipes qui ont fait appel à nous », souligne le Responsable moyens généraux. Le choix a été fait de fonctionner par grilles de tarifs en fonction de la nature des véhicules, mais il est aussi possible de fonctionner par systèmes d’abonnements. A l’heure où les carburants explosent, Philippe Davous attache une grande attention aux relevés qu’il reçoit tous les 15 jours de Total. Pour contrôler la hausse de ce poste dans le TCO de sa flotte, il étudie la possibilité d’introduire une seconde carte pétrolière dans le parc. Il incite aussi les conducteurs à faire le plein dans les cuves «maison» de Forclum et les sensibilise à la méthode de conduite. «Nous surveillons avec Kimoce les consommations moyennes. Si un collaborateur fait 2 l/100 km de plus que son confrère, il y a un problème et nous cherchons des solutions…», insiste le responsable. Quel bilan tire Philippe Davous de son mode de gestion du parc ? S’il ne donne pas de résultat chiffré, il rappelle que « depuis 7 ans, nous n’avons pas touché à nos grilles de tarifs, même si l’environnement économique a changé, et nous sommes toujours à l’équilibre. » Cette année, compte tenu de l’impact carburant, cette prouesse sera difficile à renouveler, mais Philippe Davous compte beaucoup sur les bonnes pratiques éprouvées pour garder le cap.