Communautés urbaines recherchent 600 véhicules propres

- Magazine N°139
516

Initiative sans précédent, l’association des communautés urbaines de France a créé un groupement de commandes pour l’achat de 600 véhicules urbains propres. La réception des offres sera close à la mi-juin, l’attribution des marchés se fera en octobre 2008 et la livraison des premiers véhicules se fera entre septembre et décembre 2009. Cette initiative est parti du Grand Lyon : « Notre volonté est de voir émerger une solution technologique propre pour le milieu urbain, explique Patrick Malfait, Directeur des affaires juridiques et de la commande publique au sein de la communauté urbaine du Grand Lyon. Nous verrons si la technologie gagnante sera l’électrique ou l’hybride. » Et Olivier Landel, Secrétaire général de l’association des communautés urbaines de France de surenchérir : « Un certain nombre de constructeurs ont développé des prototypes, mais pressentent qu’il n’y a pas de marché. En lançant un appel d’offres, nous créons ce marché. » La sélection des offres se fera sur des critères environnementaux, d’usage et financiers. L’aspect environnemental représente 50 % de la note finale : 15 % pour les émissions de CO2, 15 % pour les émissions de gaz polluant (Nox…), 15 % pour les émissions de particules et 5 % pour le pourcentage de la masse du véhicule recyclé en fin de vie. Les critères d’entrée en matière d’émissions de CO2 vont de 120 à 135 grammes par kilomètre selon les catégories de véhicules : fourgonnette, petite citadine et berline compacte. Aujourd’hui, six communautés urbaines sont réunies dans le groupement de commandes : Lille, Nancy, Strasbourg, Le Creuzot-Montceau, Bordeaux et Lyon. Dans l’avenir, l’association veut ouvrir ce groupement à d’autres communautés urbaines françaises et européennes par l’intermédiaire de l’association Eurocités. L’Association des Communautés Urbaines de France et le Grand Lyon ont voulu faire appel à l’UGAP pour mettre en place cette offre de véhicule propre, mais selon Olivier Landel, « la centrale d’achat public a regardé notre projet avec une indifférence amusée. Aujourd’hui, il étudie notre initiative avec davantage d’attention. »

PARTAGER SUR