La communication entre véhicule et feux rouges testées en Espagne

Un test pilote de communication entre un véhicule et l’infrastructure routière (V2I) a été réalisé le 24 juillet à Ségovie, en Espagne, dans le cadre du projet 5G Technological Cities.

2309
Communication V2I -Seat Ateca

Lancé en janvier 2018 par l’entreprise de télécommunication espagnole Telefónica, le projet 5G Technological Cities vise à transformer deux communes espagnoles, Talavera de la Reina et Segovia, en environnement 5G pour y tester en milieu urbain les possibilités offertes par cette technologie.

Pour rappel, le terme 5G désigne la cinquième génération de technologies de communication mobile, qui succédera à l’actuelle 4G. Ce futur standard doit faciliter les communications entre les objets, et notamment entre les véhicules et l’infrastructure routière (V2I). C’est cette dernière qui a fait l’objet d’un test le 24 juillet dernier à Segovia. L’objectif : démontrer l’intérêt de la communication V2I pour la conduite assistée et la sécurité routière.

En pratique, un SUV Ateca fourni par Seat a été modifié par l’équipementier Ficosa pour recevoir et afficher des alertes sur son tableau de bord ; tandis que deux feux tricolores étaient équipés d’outils de connectivité par la société Sice.

Des alertes sur le tableau de bord

Le premier feu envoyait une alerte au véhicule lorsqu’il était sur le point de passer au rouge. « En fonction de son emplacement, de sa vitesse et de sa trajectoire, le véhicule décide s’il a suffisamment de temps pour traverser l’intersection. Si ce n’est pas le cas, un avertissement est affiché sur le tableau de bord afin que le conducteur puisse se préparer à un arrêt contrôlé », précise Seat.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Le deuxième feu, situé après un virage à droite sans visibilité, était doté d’une caméra détectant la présence de personnes sur le passage piétons. L’infrastructure pouvait ainsi envoyer une alerte lorsqu’un piéton était en train de traverser. Ainsi, « si le conducteur signale son intention de tourner en activant le clignotant droit, le véhicule affiche une alerte sur le tableau de bord indiquant qu’un piéton est présent sur le passage protégé », décrit Seat.

L’expérimentation était basée sur le protocole standard C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) qui permet au véhicule de communiquer directement avec les capteurs situés dans les infrastructures, mais aussi via le réseau mobile existant sans implantation spécifique.

Vers de nouveaux cas pratiques

Autre spécificité : la plate-forme de communication V2I reposait sur serveur MEC (Multi-access Edge Computing) mis en place par Nokia. Ainsi, au lieu d’être transmises à un datacenter, les données étaient traitées en temps quasi réel à la « périphérie » du réseau, de manière locale et décentralisée. « C’est essentiel pour des cas pratiques tels que la conduite assistée et d’autres étapes de l’évolution, où des fractions de seconde peuvent faire une grande différence pour la sécurité routière », a commenté Álvaro Sanchez, directeur du compte Telefónica Espagne chez Nokia.

« Grâce à la baisse de la latence induite par les améliorations apportées au réseau LTE 4.9 (pré 5G), nous pouvons désormais proposer de nouvelles solutions de conduite assistée, annonce Mercedes Fernandez, responsable de l’innovation chez Telefónica. Au fur et à mesure que le réseau se développe et que les latences diminuent, les cas pratiques évolueront vers une conduite coopérative et autonome. »