France 2030 : le gouvernement lance la concertation sur le rétrofit électrique

Le 18 novembre 2022, dans le cadre du plan France 2030, le gouvernement a lancé la concertation sur le rétrofit électrique qui recueillera les propositions des industriels du secteur.
662
Concertation rétrofit électrique

Le gouvernement a officiellement lancé la concertation sur le rétrofit électrique qui devra recueillir, pendant deux mois, les propositions des industriels du secteur. Accessible sur ce lien, elle vise à mieux accompagner cette filière qui bénéficie depuis peu d’une enveloppe de 20 millions d’euros. Cet accompagnement se focalisera sur le déploiement des investissements et des offres de la filière.

Le but final étant, selon l’Etat, de passer la technologie du rétrofit « à l’échelle », « afin d’en baisser le coût unitaire ». En effet, comme l’indique le gouvernement, le rétrofit reste aujourd’hui « un marché de niche ». Cela « en raison de son développement récent et de ses coûts d’investissement et d’homologation ».

Concertation sur le rétrofit : deux principaux objectifs

Pour parvenir à ce passage « à l’échelle », la concertation tend vers deux objectifs. D’une part, « identifier de nouveaux projets de développements et d’investissements structurants ». Et, d’autre part, identifier « les offres de rétrofit compétitives existantes permettant aux ménages de disposer d’un véhicule électrique », détaille encore le gouvernement.

Les pouvoirs publics insistent enfin sur le potentiel du rétrofit électrique à horizon 2035 et l’arrêt des ventes de véhicules thermiques neufs en Europe. Ainsi, d’après le gouvernement, en 2035, environ 20 millions de véhicules thermiques subsisteront en France. Soit « la moitié du parc automobile » hexagonal. Le rétrofit électrique devrait alors donner à ces véhicules « une seconde vie ».

PARTAGER SUR