Contrôle technique : les effets de la réforme en 2018

D’après le bilan publié par l’Organisme technique central (OTC), le nouveau contrôle technique n’a pas provoqué d’augmentation majeure du taux de contre-visites pour les véhicules légers.

1323
Controle technique
Source : CNPA

L’Organisme technique central (OTC) a publié le bilan 2018 du contrôle technique périodique des véhicules légers. 25 466 916 contrôles techniques ont été réalisés l’année dernière, soit une hausse de 0,41 % par rapport à 2017. Paradoxalement, « 2018 se distingue des années précédentes par une très faible progression du marché, a indiqué le CNPA. En effet, depuis 2010, le nombre de contrôles techniques augmente régulièrement dans des proportions se situant entre 1 et 4 % par an. »

Véhicules non-conformes : une légère hausse due à la réforme

Sur les 20 516 906 contrôles qui ont concerné des VP et des VUL (catégories M1 et N1), 3 986 931 ont été déclarés non conformes, soit 19,43 %. Le durcissement du protocole, entré en vigueur le 20 mai 2018, a entraîné une légère hausse du nombre de véhicules déclarés non conformes, passé de 17,36 % sur la période du 1er janvier au 19 mai 2018 à 21,51 % à partir du 20 mai.

Taux de non-conformité par fonction à partir du 20 mai 2018
Fonction Taux
0 : Identification du véhicule 1,23 %
1 : Équipements de freinage 6,05 %
2 : Direction 2,78 %
3 : Visibilité 2,92 %
4 : Feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques 10,88 %
5 : Essieux, roues, pneus, suspension 10,62 %
6 : Châssis et accessoires du châssis 5,00 %
7 : Autre matériel 3,02 %
8 : Nuisances 6,88 %

À noter que, sur cette seconde partie de l’année, 20,24 % des véhicules ont été envoyé en contre-visite pour défaillance majeure, et 1,27 % pour défaillance critique. Les principales défaillances critiques ont concerné les systèmes GPL, GNC, GNL ou hydrogène non conformes aux exigences (0,45 %). Les pneus, les freins et les lumières sont également souvent en cause (voir le tableau ci-dessous). « Il n’est pas étonnant qu’une réforme qui vise à améliorer la sécurité routière et la protection de l’environnement entraîne une hausse du taux de contre-visites, a commenté le CNPA. Toutefois, ce taux de contre-visite ne s’est pas envolé. »

Principales défaillances critiques (toutes fonctions confondues)
Système GPL/GNC/GNL ou à hydrogène non conforme aux exigences 0,45 %
Corde visible ou endommagée des pneumatiques 0,24 %
Efficacité inférieure à 50 % de la valeur limite du frein de stationnement 0,18 %
Non-fonctionnement des feux stop (aucune source lumineuse) 0,13 %
Non-conformité aux exigences de la profondeur des sculptures des pneumatiques 0,10 %
Usure excessive (marque minimale non visible) de la garniture ou plaquettes de freins 0,08 %

VUL : une meilleure conformité après la réforme

La tendance varie selon le type de véhicule. Sur le segment des VP (M1), 17 712 085 contrôles techniques ont eu lieu en 2018 et environ 12,9 % n’ont présenté aucune défaillance élémentaire (12,92 % jusqu’au 19 mai et 12,95 % à partir du 20 mai), en progression par rapport à 2017 (14,01 %).

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Inversement, le pourcentage de véhicules sans défaillance a fortement augmenté sur le segment des véhicules utilitaires légers (N1), passant de 5,82 % sur la période du 1er janvier au 19 mai 2018 à 10,27 % après la réforme, sur la période du 20 mai au 31 décembre, sachant que ce pourcentage était de 6,63 % en 2017.

En revanche, le taux de contre-visites a augmenté tant pour les VP que les VUL, passant de 17,05 % avant la réforme à 20,92 % après la réforme pour les VP (contre 18,56 % en 2017) et de 19,24 % à 25,35 % pour les VUL (contre 21,30 % en 2017).

  Véhicules particuliers (M1) Véhicules utilitaires légers (N1)
Nombre de contrôles techniques périodiques en 2018 17 712 085 2 804 819
Pourcentage de véhicules sans défaillance élémentaire 12,93 % (contre 14,01 % en 2017) 8,05 % (contre 6,63 % en 2017)
·        Jusqu’au 19 mai 2018 12,92 % 5,82 %
·        À partir du 20 mai 2018 12,95 % 10,27 %
Pourcentage de véhicules déclarés non conformes (défaillances soumises à l’obligation de contre-visite) 18,99 % (contre 18,56 % en 2017) 22,22 % (contre 21,30 % en 201)
·        Jusqu’au 19 mai 2018 17,05 % 19,24 %
·        À partir du 20 mai 2018 20,92 % 25,35 %
o   Dont à partir du 20 mai pour défaillance majeure 19,74 % 23,45 %
o   Dont à partir du 20 mai pour défaillance critique 1,18 % 1,90 %