COP21 : Nissan veut donner une seconde vie à ses batteries

Premier constructeur mondial de modèles électriques, Nissan lance un projet de stockage d’énergie qui s’appuie sur l’utilisation des batteries usagées de ses véhicules.

504
COP21 : Nissan veut donner une seconde vie à ses batteries

Vendre des véhicules électriques, c’est bien, mais en réutiliser les batteries usagées, c’est encore mieux. C’est le constat fait par Nissan lors d’une conférence de presse dans le cadre de la COP21. Avec plus de 200 000 véhicules électriques produits depuis 2010 dans le monde, et autant de batteries dont la durée de vie oscille entre cinq et dix ans, le constructeur automobile mais aussi fabricant de batteries doit en effet se poser la question du recyclage.

D’où la mise en place d’un projet mené en association avec le spécialiste de la gestion de l’énergie Eaton. L’objectif est de réutiliser les batteries afin de créer des centres de stockage intelligent et durable. Intelligent et durable parce que le système stockera de l’électricité issue de sources renouvelables, en l’occurrence de l’énergie solaire au départ, et la réinjectera dans le réseau en fonction des besoins, et notamment durant les périodes de forte demande.

Ce fonctionnement permettra entre autres d’éviter le recours à des centrales électriques utilisatrices d’énergie fossile, qui entrent en action pour répondre à la demande lors des pics de consommation. Un système valable pour les pays développés mais aussi dans les pays en développement, afin d’apporter des sources d’énergie durables, peu chères et surtout stables. Des pilotes vont être lancés prochainement, notamment en collaboration avec des sites industriels et des data centers très consommateurs d’énergie.

Bénéfice collatéral de ce projet : pour les acheteurs de véhicules électriques, cette seconde vie des batteries pourrait bien avoir un impact positif sur la valeur résiduelle des modèles.