Somnolence au volant : un système de mesure des signes précoces

La start-up Core a développé un système de mesure des premiers signes physiologiques de somnolence au volant, avant même que ceux-ci soient perceptibles par le conducteur, via l’analyse de la fréquence cardiaque.

877
somnolence au volant

Cette technologie a été mise au point en collaboration avec le centre hospitalier régional de Lille. Utilisée au départ pour mesurer la douleur chez des patients endormis au bloc opératoire et leur injecter la bonne dose de sédatif, elle a été adaptée pour détecter la somnolence au volant.

En pratique, des capteurs mesurent les variations de la fréquence cardiaque du conducteur. Ceux-ci peuvent être placés dans un brassard porté par le conducteur ou sur le siège. Ils envoient ensuite les données à un logiciel installé soit dans le smartphone du conducteur, soit directement dans le système d’information du véhicule.

En cas de détection de signes d’endormissement, le système peut activer des alertes visuelles ou sonores, demander au GPS d’indiquer la prochaine sortie, voire interagir avec le système d’information du véhicule pour stimuler ou inhiber des neurotransmetteurs impliqués dans les systèmes d’éveil, par exemple en faisant varier la lumière ou la température, ou en modifiant le positionnement du dos ou encore en déclenchant des stimuli olfactifs.

Le système effectue en outre une analyse après chaque trajet en évaluant l’impact sur la somnolence du trafic, de la météo, des heures de conduite et du type de route. L’objectif est ensuite de prédire le niveau de somnolence selon ces données contextuelles pour les trajets à venir.

La start-up vise le marché des transporteurs et des équipementiers, mais aussi des flottes et des loueurs. Les Transports Mehez testent actuellement sa technologie pour leurs chauffeurs roulant de nuit.

PARTAGER SUR