Coronavirus – Patrick Onteniente, Neubauer : « Ma priorité à la reprise sera de livrer en urgence les clients »

Conseiller ventes entreprises pour la concession Neubauer à Saint-Denis (93), Patrick Onteniente a vu son activité s’arrêter brutalement suite au confinement. Il garde toutefois contact avec son équipe et son réseau à distance, et se prépare à livrer ses clients dès la fin du confinement.

627
Covid-19 véhicules commerciaux

Patrick Onteniente est conseiller ventes entreprises chez Neubauer.

Quels ont été les effets des mesures de confinement sur votre activité ?

Je m’occupe des ventes entreprises pour Fiat, Jeep, Alfa Romeo et Fiat Professional au sein de la concession Neubauer à Saint-Denis. 80 % de mon activité concerne les ventes d’utilitaires et notamment d’utilitaires bicarburation, le marché étant porté par les aides de la ville de Paris.

L’annonce a été brutale : nous nous sommes retrouvés à l’arrêt du jour au lendemain car les concessions ont fermé. Notre directeur a créé un groupe Whatsapp pour l’ensemble des salariés concernés par les trois marques afin de pouvoir échanger et rester en contact.

Et pour vos clients flottes ?

Nous n’avons pas pu effectuer les livraisons prévues la première semaine du confinement. La majorité des dossiers en cours est bloquée et nous avons cessé la prospection ‒ ce serait mal vu pas nos clients en difficulté. Notre seule activité consiste à répondre aux e-mails des clients qui nous questionnent sur l’après.

Comment vous êtes-vous adaptés en conséquence ?

Chez FCA, la captive Leasys a d’ores et déjà annoncé qu’il n’y aurait pas de pénalité sur les décalages de restitutions programmées pendant le confinement. Nous enregistrons les commandes mais sans délai réel, sauf si nous avons les véhicules en stock, sachant que les usines ne tournent pas. J’ai ainsi pris deux commandes pour des véhicules arrivés à restitution, mais je ne pourrai vraisemblablement les livrer que trois mois après la fin du confinement. Autre difficulté : nous n’avons parfois pas d’interlocuteurs dans certains établissements bancaires et financiers.

Pour ne pas couper les liens avec une partie de mon réseau, je continue à participer aux réunions de mon groupe Business Network International (BNI), un réseau d’entrepreneurs et d’affaires. Mon groupe compte 54 membres, tous de professions différentes dont certains encore en activité. Nous effectuons maintenant nos réunions hebdomadaires via Zoom. J’ai aussi acheté un vélo d’appartement pour faire de l’exercice physique.

Comment anticipez-vous la fin de l’épidémie et du confinement ?

Ma priorité à la reprise sera de livrer en urgence les clients qui attendent avec impatience leurs véhicules, en espérant qu’il n’y ait pas d’annulations. L’activité commerciale quant à elle devrait redémarrer à la rentrée.

PARTAGER SUR