Coronavirus : la PFA lance un pacte de bonnes pratiques pour l’automobile

Pour aider les entreprises de l’automobile à faire face à la crise liée au coronavirus mais aussi à préparer la reprise, la PFA lance un pacte de bonnes pratiques pour les acteurs du secteur.

1048
coronavirus PFA

Partager les prévisions de reprise d’activité pour permettre aux fournisseurs d’anticiper

« La reprise progressive des activités de production nécessite une bonne anticipation des dates de redémarrage envisagées », souligne la PFA. Sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, cela suppose de donner aux entreprises de la visibilité sur les projets de leurs clients (production et développement de nouveaux véhicules), « et un préavis suffisant pour leur permettre de s’approvisionner et de redémarrer. »

Dans cet objectif, la PFA mettra à disposition, une fois par semaine, un état actualisé du niveau d’activités et des projets de reprise d’activité, en accord avec les entreprises et fédérations membres de la filière. « Cet état de situation pourra être largement diffusé auprès des entreprises de la filière via les fédérations (FIEV, FIM, GPA, FFC, SNCP, etc.) et les pôles de compétitivité /ARIA », précise la PFA. En ajoutant que ces informations doivent tenir compte « du caractère prévisionnel des projets de reprise au regard des exigences sanitaires et des contraintes imposées en ce sens par le gouvernement. »

Partager les bonnes pratiques pour la protection des salariés

Pour ce second point, la PFA rappelle que « La reprise progressive des activités ne pourra se faire que dans le respect de règles très strictes sur le plan sanitaire pour la protection des salariés, en phase avec les pouvoirs publics pour ce qui relève des autorisations de déplacement et activités annexes essentielles. »

Dans ce cadre, des guides ont déjà été proposés (MEDEF, UIMM) pour aider les entreprises à définir les règles pour protéger leurs salariés. La PFA rappelle aussi que plusieurs entreprises du secteur peuvent s’appuyer sur l’expérience de la reprise de leurs usines en Chine et en Corée, et que « d’autres ont d’ores et déjà défini des protocoles détaillés pour la reprise d’activités en France. Nous invitons toutes les entreprises de la filière à considérer ces travaux et protocoles comme d’intérêt général pour la filière, en acceptant de les partager, comme plusieurs entreprises ont commencé à le faire », note la PFA. Qui proposera sur son site « une note permettant de guider les entreprises de la filière, notamment les PME et ETI, dans l’appropriation de ces différents guides et protocoles, en les adaptant à leurs propres process. » En appelant aussi les donneurs d’ordres à « aider, si nécessaire, leurs fournisseurs à mettre en œuvre les protocoles établis (accès à des masques, accompagnement sur site, etc.). »

Respecter le code de performance et de bonnes pratiques de la filière

Enfin la PFA exhorte les entreprises à veiller « tout particulièrement au respect du code de performance et de bonnes pratiques de la filière automobile (CPBP) dans les relations clients-fournisseurs, notamment concernant les délais de paiement, en articulation avec les prêts garantis par l’État et les reports de charges sociales et fiscales. » Objectif : aider les entreprises à passer la crise pour être capables de redémarrer rapidement.

PARTAGER SUR