Coronavirus : la PFA demande un redémarrage urgent de l’automobile

Le comité stratégique de la filière automobile (PFA), présidé par Luc Chatel, réclame des mesures urgentes pour redémarrer l’appareil industriel.

982
PFA redémarrage automobile

Effondrement du marché automobile français de – 72% en mars, fermeture de 85 % des usines en Europe, taux de production à 15 % : l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’industrie automobile inquiète la filière automobile (PFA) qui plaide pour un redémarrage progressif, mais urgent, de l’activité industrielle automobile, chez les constructeurs et les équipementiers. Un « enjeu vital » pour son président, Luc Chatel, pour qui « chaque jour qui passe, avec un appareil industriel à l’arrêt, amplifie les risques qui pèsent très lourdement sur le tissu industriel et sur l’emploi au cœur de nos territoires ».

Bonnes pratiques

Pour réussir cette reprise, des dispositions sanitaires inédites doivent être mises en place pour la protection des salariés du secteur. La PFA a pris des engagements dans ce sens à travers son « Pacte de solidarité et de bonnes pratiques en temps de crise », adopté le 2 avril dernier. L’ensemble des entreprises de la filière travaille ainsi à l’élaboration de protocoles sanitaires stricts, et ce dans le cadre du dialogue social. Il en va de même pour les activités de logistique, livraison et ventes, indispensables à la reprise de la production (voir la brève).

Redémarrage

La PFA réclame également un engagement fort des pouvoirs publics. Il s’agit de créer progressivement les conditions du redémarrage à travers les autorisations de circulation des véhicules de transport pour la logistique, y compris au niveau des frontières des différents pays européens. Et ce afin de pouvoir livrer les véhicules. Dans un second temps, la filière demandera la réouverture des concessions dans le cadre des exigences sanitaires qui s’imposent. L’objectif est d’assurer une reprise coordonnée de l’activité avec les autres pays européens, afin de ne pas prendre de retard notamment face à l’Allemagne qui s’apprête à relancer son appareil productif.

PARTAGER SUR