Covid-19 ‒ Laurence Capossele, Cetup : « Nous restons sur le même schéma après le confinement »

Le spécialiste grenoblois du transport d’urgence Cetup a été proactif dans la gestion de la crise et la mise en place des mesures sanitaires, mettant à profit son expérience du travail à distance. Une organisation qui se poursuit post-confinement.

2270
Covid-19 Cetup

Laurence Capossele est co-fondatrice et codirigeante de Cetup

Quels ont été les effets des mesures de confinement sur l’activité de la flotte ?

L’activité de Cetup a diminué le premier mois, en mars, puis nous sommes remontés en avril. À ce jour, nous sommes à près de 80 % de notre activité. Dès le 17 mars, nous avons maintenu notre service en continu. La majorité de nos pilotes sont restés actifs. À situation exceptionnelle, transport exceptionnel, nous avons acheminé masques, gel hydroalcoolique, gants, thermomètres, pièces pour les respirateurs – des produits à enjeu sociétal. En parallèle, il y a eu durant ces semaines un arrêt quasi-complet de l’activité de transport pour le secteur industriel, à l’exception des industries vitales.

Covid-19 CetupComment avez-vous adapté la gestion de la flotte ?

L’un de nos salariés est confiné en Chine depuis janvier. Nous savions ce qu’il s’y passait et nous nous attendions à ce que l’épidémie arrive rapidement ici. Nous avons donc informé nos équipes, activé notre plan de continuité d’activité et mis en place les gestes barrière par anticipation. Nous sommes, du fait de notre métier, très proactifs. Nous avons le devoir, pour nos clients et nos pilotes, d’être très sécuritaires. Nos collaborateurs sont formés et entraînés à agir par anticipation et avec une organisation extrême. Et nous nous mesurons en permanence avec les trois référentiels ISO. Lorsque nous avons dû nous confiner, nous avons donc été performants.

Le 17 mars au soir, chacun de nos collaborateurs devant s’installer en télétravail avait tout son matériel pour mener à bien ses missions. Depuis deux mois, toute l’équipe support est ainsi complétement opérationnelle. Nos opérateurs sont restés sur site pour poursuivre les plans d’opérations de transport avec mon associé et la personne chargée de notre flotte.

C’est depuis notre siège social et notre centre opérationnel situés au pied du Parc de la Chartreuse que les demandes urgentes et sécuritaires de nos clients sont pilotées. Nos pilotes, basés dans les territoires, agissent dans toute la France. Notre expérience de plus de trente ans nous place comme expert pour le travail à distance et cette période confirme notre organisation.

Quelles mesures sanitaires avez-vous mises en place ?

Pour nos pilotes, nous suivons les recommandations de l’OMS. Les pilotes ont une réserve d’eau avec du savon à bord de leur véhicule. Ils doivent se laver les mains et le visage avant et après chaque opération, respecter les règles de distanciation sociale, aérer leur véhicule qui leur est dédié de par notre organisation. Il est interdit de faire monter quelqu’un d’autre à bord et il est demandé de ne pas prêter les stylos pour signer les bons de transport.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Nous n’avons pas eu de difficultés à proprement parler. Nous faisons venir nos pilotes à Grenoble pour les révisions et les changements de pneus. Nos partenaires étaient fermés et pour autant, dès le second mois, un protocole spécifique pour Cetup a été mis en place avec eux pour assurer les entretiens et changements de pneus arrivant à terme.

Le risque se situait à l’échelle nationale puisque le réseau était à l’arrêt complet depuis le 17 mars, avec aucune solution d’urgence en cas de panne. Nous avons par conséquent demandé à nos pilotes d’être encore plus engagés dans le respect de nos règles de suivi et d’accentuer leur veille afin de nous alerter et de mettre en action les solutions basées sur notre parc de secours si besoin. Nous n’avons eu aucune panne à déplorer. Nos entretiens sont faits tous les 40 000 km et notre politique de renouvellement basée sur nos engagements environnementaux et sécuritaires nous permet de disposer de véhicules toujours conformes.

Du côté des renouvellements, nous avons reçu 30 nouveaux véhicules pendant le confinement. Notre fournisseur, un constructeur français, a pu nous livrer durant le deuxième mois en étalant les livraisons sur deux semaines pour respecter les gestes barrières. Nous avons commencé à faire les échanges de véhicules avec nos pilotes.

Quelles sont vos priorités pour les prochains mois ?

Nous restons sur le même schéma. Les garages ont rouvert et après avoir bataillé pendant un mois et demi, nous avons trouvé des masques arrivés la deuxième semaine de mai. Nous sommes déjà extrêmement avancés en termes de responsabilité sociétale et environnementale. Nous roulons avec des véhicules de dernière génération et nous allons continuer sur notre lancée. Notre commission environnement doit nous présenter la mise à jour de notre plan d’actions. Ces deux derniers mois, nous avons également maintenu nos actions pour être reconnu auprès des donneurs d’ordres et des acheteurs comme une entreprise française de transport léger durable.

Le précédent article sur Cetup

 

La flotte en chiffres

190 utilitaires thermiques Euro 6

5 véhicules commerciaux roulant au bioéthanol

4 véhicules électriques

2 véhicules électriques à pile à combustible hydrogène

PARTAGER SUR