Artisanat automobile : quelle situation face au coronavirus covid-19 ?

D’après la Fédération nationale de l’artisanat automobile, parmi les entreprises de ce secteur autorisées à ouvrir, 67 % ont néanmoins été contraintes de fermer leurs portes face à l’épidémie de covid-19 et aux mesures de confinement.

1297
covid-19 artisanat

La Fédération nationale de l’artisanat automobile (FNA) a envoyé le 19 mars 2020 un questionnaire à 1 090 artisans de l’automobile pour en savoir plus sur leur situation durant la période de confinement due à l’épidémie de covid-19.

Bilan : 67 % des entreprises artisanales automobile autorisées à rester ouvertes ont malgré tout dû fermer leurs portes, faute de clients ou de disponibilité des pièces de rechange. Sur les 33 % restants, 7 % des entreprises restent ouvertes à 100 %, 20 % n’ont conservé qu’une partie de leurs activités sur site et 6 % ne maintiennent qu’un service d’urgence. « En moyenne, le secteur a subi une perte de chiffre d’affaires de 79,9 % », indique la FNA. En parallèle, 74 % des salariés du secteur sont actuellement au chômage partiel.

Malgré tout, « la profession est suffisamment mobilisée pour répondre au niveau des besoins actuels de nos concitoyens », assure la fédération. 42 % des entreprises artisanales de réparation automobile ont maintenu leur activité, de même que 31 % des entreprises de dépannage-remorquage, 42 % des carrosseries et 12,5 % des centres de contrôle technique.

Maintien de toutes les activités sur site Maintien d’une partie des activités sur site Maintien uniquement d’un service d’urgence sous forme d’astreinte Total encore en activité Fermeture
Réparation automobile 6 % 16 % 20 % 42 % 58 %
Dépannage-remorquage 0 % 31 % 37 % 68 % 32 %
Carrosserie 4 % 21 % 17 % 42 % 58 %
Contrôle technique 12,5 % 12,5 % 87,5 %

Source : enquête de la FNA du 19 mars 2020

Cependant, « il convient sans doute d’organiser ce service réduit », estime la FNA. Elle recommande notamment d’identifier les professionnels disponibles et de mettre en place un numéro d’appel centralisé. De plus, les chefs d’entreprise manquent de matériel pour protéger leur personnel : seuls 34 % indiquent pouvoir mettre à disposition du gel hydroalcoolique et 26 des gants de protection.

Enfin, l’enquête de la FNA pointe un manque d’information des professionnels : si 68 % ont connaissance de l’existence du plan de soutien gouvernemental, 51 % ne savent pas où trouver l’information qui les concerne et 70 % déclarent avoir besoin d’être accompagnés pour solliciter ces aides.