Covid-19 – Didier Dupeyron et Christophe Boarini, CHU Grenoble Alpes : « Nous travaillons à flux tendu en nous adaptant aux besoins »

Le CHU Grenoble Alpes a observé un accroissement des kilomètres parcourus par certains véhicules durant l’épidémie de covid-19. Face à la fermeture de nombreux prestataires, des stocks ont été créés et les équipes ont été sensibilisées.

2155
CHU Grenoble Alpes

Didier Dupeyron est responsable du parc automobile et Christophe Boarini est responsable de la flotte du SAMU 38 au CHU Grenoble Alpes.

Quels ont été les effets du confinement sur l’activité de la flotte ?

Didier Dupeyron : Nous avons observé un accroissement des kilomètres parcourus par les véhicules d’hospitalisation à domicile (HAD) et les ambulances. Toutes les réunions et les formations étant annulées, nous avons également mobilisé cinq véhicules de notre parc mutualisé à destination des équipes de dépistage du covid-19.

Christophe Boarini : Nous avons aujourd’hui deux ambulances du SAMU destinées au transport des patients covid-plus.

Didier Dupeyron : En parallèle, l’activité des ateliers et des services continue mais de manière un peu ralentie. Nous travaillons à flux tendu en nous adaptant aux besoins. Si un service est en difficulté, nous avons recours en renfort aux véhicules d’autres services qui les utilisent moins.

Comment avez-vous adapté la gestion de la flotte ?

Didier Dupeyron : Dès que nous avons été informés des mesures de confinement, nous nous sommes arrangés avec nos prestataires pour faire un petit stock de pneus, surtout pour les flottes du SAMU et de la HAD qui roulent beaucoup.

Christophe Boarini : Il a fallu nous a adapter et mettre en place des protocoles de nettoyage et de désinfection pour les ambulances, comme lors de l’épidémie d’Ebola. Nous avons ainsi dû racheter du matériel de protection tant pour les véhicules que pour les personnels, et nous faisons encore face aujourd’hui à des difficultés d’approvisionnement. Nos prestataires sont là pour nous soutenir et nous aident à mettre à niveau notre parc d’ambulances.

Didier Dupeyron : Nous avons beaucoup communiqué avec l’ensemble de nos prestataires. Certains nous ont fait des prêts gratuits de véhicules, notamment un Toyota RAV4. Ce dernier nous a permis d’amener une équipe et du matériel médical à d’autres CHU en difficulté. Renault nous a également prêté des véhicules pour renforcer nos équipes logistiques.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Didier Dupeyron : Comme nos prestataires sont fermés, nous sensibilisons nos équipes sur la conduite et leur rappelons que les ambulances et le matériel qu’elles transportent sont précieux. Le nombre d’accidents n’a pas augmenté : nous avons enregistré un accident en mars, ce qui est notre moyenne mensuelle.

Christophe Boarini : Nous avons mené une démarche de recherche de solutions auprès de nos prestataires. Le problème, c’est qu’ils n’ont plus de stock de pièces détachées.

Didier Dupeyron : Je suis actuellement en train de notifier mes marchés. Comme les entreprises et les usines sont fermées, cela risque d’allonger nos délais. Nous allons voir avec les prestataires retenus s’ils peuvent tout de même les tenir. S’il faut faire des avenants aux contrats de LLD, nous le ferons. Étant donné le manque de visibilité, nous prendrons les décisions au jour le jour. Du côté de la flotte du SAMU, qui est en propriété, nous avons un accord cadre et Christophe a effectué un gros travail sur les renouvellements.

Christophe Boarini : Les renouvellements sont prévus pour septembre, nous espérons que tout ira bien. J’ai contacté Peugeot et Fiat et ils n’avaient pas l’air inquiet.

Comment anticipez-vous la fin du confinement ?

Didier Dupeyron : Les prestataires rouvrent progressivement, ce qui pour nous est rassurant. Pour le retour à la normale, nous devrons gérer la désinfection des véhicules démobilisés de notre parc mutualisé. Nous devrons aussi rendre les véhicules prêtés, ce qui sera sans doute difficile car les agents s’y sont habitués.

Christophe Boarini : Pour le SMUR, tous les entretiens ont été faits au début du confinement. Le parc reste opérationnel à 100 %. Même si le confinement dure encore un mois, nous avons des stocks.

Le précédent article sur le CHU de Grenoble

La flotte en chiffres

  • 132 véhicules : 54 VP, 13 poids lourds, 14 VUL, 11 VU, 22 VASP (véhicules automoteurs spécialisés) et 18 camionnettes, dont 13 véhicules utilisés par le SAMU 38, 13 ambulances et 8 véhicules sur un parc mutualisé.
  • La majorité du parc est en LLD, à l’exception de la flotte du SAMU et des véhicules spécialisés qui sont en propriété.

PARTAGER SUR