Covid-19 : le Groupe Renault en fort repli

Touché par l’épidémie de covid-19 comme l’ensemble du secteur automobile, le Groupe Renault voit ses ventes et son chiffre d’affaires baisser fortement au premier trimestre 2020.

679
Covid-19 Groupe Renault
Renault Twingo

Une baisse de 25,9 % à 672 962 unités de ses ventes totales au premier trimestre 2020 par rapport à la même période de l’année précédente, alors que le marché automobile a lui-même baissé de 24,6 % : le Groupe Renault subit de plein fouet le quasi-arrêt de la production et des ventes de véhicules, dû à l’épidémie de covid-19 dans la plupart des pays. En parallèle, le chiffre d’affaires du groupe a reculé de 19,2 % (18,3 % à taux de change et périmètre constants) à 10,125 milliards d’euros.

Des situations contrastées

Plus précisément, les ventes du groupe se sont repliées de 36,0 % à 321 756 unités en Europe, dans un marché en recul de 26,2 %, « avec une forte accélération de cette baisse en fin de trimestre en raison de l’arrêt de l’essentiel des activités industrielles et commerciales du groupe », commente-t-on chez Renault. Cette baisse atteint 32,3 % pour la marque Renault et 44,5 % pour Dacia qui vend « principalement à des clients particuliers sur un canal en forte baisse ».

Hors Europe, les ventes ont diminué de 13,4 % au premier trimestre 2020. « Dans ce contexte de crise, les nouveaux modèles lancés au second semestre de 2019 permettent de réaliser de bonnes performances dans certains pays », précise le groupe. Ainsi, grâce à l’Arkana, la marque Renault a vu ses ventes progresser de 9,2 % en Russie, dans un marché en hausse de 1,8 %. Pareillement en Inde, le Triber a contribué à une hausse des ventes de 3,5 % dans un marché en repli de 22,8 %. En Corée du Sud, c’est le XM3 lancé en février qui a tiré les ventes de 20,1 % alors que le marché reculait de 6,8 %.

Un contexte très incertain

Enfin, le Groupe Renault souligne qu’il reprendra ses activités commerciales et de production « dans les pays où les conditions de sécurité et réglementaires le permettent », avec des « mesures appropriées pour répondre efficacement à la demande commerciale. À ce jour, l’impact qu’aura cette crise sur les résultats du groupe est toujours impossible à évaluer », conclut le communiqué.

PARTAGER SUR