Covid-19 : – 77,3 % pour les véhicules d’occasion en avril

Dans le sillage du marché VN, le marché des véhicules d’occasion s’est effondré en avril dernier, selon les chiffres mis en avant par AutoScout24 France, plate-forme de petites annonces numériques de véhicules.

983
véhicules d’occasion avril

– 77,3% : par rapport à avril 2019, c’est la baisse des ventes de véhicules d’occasion en avril 2020 à 114 338 unités. Pour mémoire, en mars dernier, le marché du VO avait enregistré un recul de 35,2 % avec quinze jours de confinement (voir notre brève). De son côté, le marché du véhicule neuf s’est effondré de – 88,8 % avec 20 997 immatriculations en avril (voir notre brève). Le rapport VO/VN s’est élevé à 3,72 en avril dernier, contre 5,5 en mars.

Une baisse généralisée

AutoScout24 le souligne : « Les chiffres par marque sont peu indicatifs au regard de la tendance générale du marché en forte baisse. » Avec quelques données. Avec 22 124 VO, Peugeot est ainsi devenue la première marque du marché VO devant Renault (21 589) ‒ une première. AutoScout24 note également « que les marques allemandes s’en tirent un peu mieux dans ce marché déprimé avec une augmentation de part de marché de plus de 10 %. »

L’étude note aussi que le marché est porté « par les segments des véhicules les plus âgés qui, en part de marché, augmentent significativement plus que les véhicules jeunes. » Une raison à cela selon le prestataire : le très fort recul des véhicules commercialisés par les concessionnaires automobiles.

Autre constat : la chute du marché VO touche toutes les motorisations, sans exception : – 77,84 % pour le diesel, – 76,36 % pour l’essence, – 77,96 % pour l’hybride et – 74,91 % pour l’électrique. Avec une précision : contrairement aux autres motorisations, l’essence et l’électrique voient leurs parts de marché progresser respectivement de 4,01 % et 10,40 %.

Une embellie en mai ?

« Le confinement des Français a provoqué une perte de plus des trois quarts des immatriculations des occasions au mois d’avril. On aurait probablement pu s’attendre à encore plus. Certaines de ces immatriculations sont probablement liées à des transactions avant le confinement. Le marché profite plus aux transactions entre particuliers dont la proportion est passée de 50,4 % en février à 55,5 % en avril. Le mois de mai devrait connaître une embellie avec le déconfinement progressif, sans atteindre les volumes de l’année passée » anticipe Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 France.

Voir notre dernier dossier sur les véhicules d’occasion

PARTAGER SUR