Covoiturage : Karos poursuit son développement en Essonne

La commune de Breuillet (91) s’est associée à la start-up Karos pour expérimenter durant un an un service de covoiturage courte-distance destiné aux déplacements domicile-RER.

1002
karos breuillet place reservee covoiturage
(c) Karos

Après le succès de l’opération « Printemps du court-voiturage » en Essonne qui a comptabilisé plus de 11 000 trajets en deux mois d’en moyenne 18 km, la mairie de Breuillet a décidé de lancer son propre service de covoiturage pour les déplacements domicile-gare. En effet, la majorité des déplacements à destination des deux gares RER de la commune (située à 40km au sud de Paris) s’effectue en voiture sur des distances inférieures à 2 km.

« L’application de court-voiturage Karos, qui a démontré toute son efficacité lors de sa collaboration avec le conseil départemental en avril dernier, nous a poussé à expérimenter de façon personnalisée ce service de transport collaboratif et écoresponsable pour réduire le nombre de véhicules sur la route et fluidifier la circulation sur notre commune », a expliqué le maire de Breuillet, Bernard Sprotti.

Diviser par deux le nombre de véhicules en circulation

L’objectif est de diviser par deux le nombre de véhicules en circulation, notamment aux heures de pointe. Depuis le 1er février, les 8 500 habitants de la commune ont donc accès à une application de covoiturage personnalisée.

De plus, quatre places de parking réservées sont mises à leur disposition dans les deux gares. « Quand un utilisateur de l’application court-voiture vers ou depuis la gare, l’application lui réserve automatiquement une place de parking pour la journée », précise Karos. Les plaques d’immatriculation enregistrées dans l’application permettent à la police municipale de contrôler l’utilisation de ces emplacements. D’autres places de parking pourraient être réservées aux covoitureurs au terme de l’expérimentation, dans un an.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

« Au-delà, ce nouveau service va permettre le développement d’une mobilité solidaire et créer du lien social entre nos administrés en générant des opportunités de partage et de rencontre sur les trajets quotidiens en voiture », a ajouté Bernard Sprotti.