Dacia Logan dCi

Basique sans être minimaliste, agréable et suffisamment performante, confortable et économe, cette version diesel de la Logan s’affiche à un tarif très attractif. Si la raison vous anime plus que la passion, il faudrait être fou pour dépenser plus !

- Magazine N°118
590

On a beau passer et repasser au peigne fin tous les tarifs des catalogues automobiles, impossible aujourd’hui de trouver sur le marché français une voiture neuve roulant au gazole pour moins de 9 840 €, prix de la version Ambiance. A ce tarif là, les coréens ont baissé les bras. Même en mettant sur la table les 10 440 € de la Logan dCi Lauréate (la version «luxe») pas la peine non plus d’espérer repartir au volant d’une Citroën C1, d’une Peugeot 107 ou d’une Fiat Panda. Les premiers diesels des toutes petites autos sont encore 400 à 700 € plus chers que la plus chère des Logan. La roumaine qui entend rassurer ses clients dispose d’une garantie 3 ans et 100 000 km dans tous les pays de l’Union européenne. Ses 4 chevaux fiscaux apaisent le feu de la carte grise et son taux de rejet en CO2 limité à 125 g/km en fait enfin une voiture citoyenne et non polluante.

Moteur discret

Bien connu chez Renault, équipant notamment Clio et Kangoo, le moteur 1. 5 dCi a naturellement trouvé sa place sous le capot de la Logan. Un bloc particulièrement économique sous cette carrosserie et qui demande à peine 5 litres de gazole en moyenne pour parcourir 100 kilomètres, ce qui autorise des parcours de plus de 1 000 kilomètres sans ravitailler. Cette faible consommation s’explique plus par le poids contenu de l’auto que par son aérodynamique de camion. Ce dCi n’égrène ni sonorité excessive ni vibrations désagréables, même à froid. Tout au contraire, il procure même un réel agrément de conduite tant il évolue avec souplesse et douceur sur un filet de gaz, offrant de belles reprises et disposant d’un couple généreux. La boîte manuelle 5 vitesses est précise et douce avec une grille de commande bien dessinée. La Logan assure un excellent comportement grâce à un châssis capable de filtrer les mauvais revêtements. Elle profite de son train avant de Clio et de son essieu arrière de Modus pour faire valoir une tenue de route au-dessus de tout soupçon. Ainsi la Logan, dénuée d’ESP et d’antidérapage, fait preuve de neutralité à défaut d’agilité, procurant un équilibre plutôt rassurant. Son freinage est précis et fortement assisté. Ses suspensions moelleuses offrent enfin un confort digne des meilleures routières, et pour tout vous dire, cette voiture est agréable à conduire.

Equipement complet

Si la finition de la Logan peut paraître spartiate, la qualité de fabrication et d’assemblage est bonne et les matériaux sentent le costaud. De plus la banquette arrière fixe et la planche de bord monobloc n’offrent aucun jeu générateur de bruits parasites dans l’habitacle. Dacia propose de série la direction assistée, les baguettes de protection latérales, l’ABS, une vraie roue de secours, deux airbags frontaux et des appuis-tête à toutes les places. Si toutes les vitres sont teintées, elles ne sont électriques que sur la version supérieure. En revanche dès le premier niveau, on dispose d’une condamnation électromagnétique des portes. La version Lauréate (+ 600 €) rajoute une calandre chromée avec un entourage ton caisse, un ordinateur de bord 7 fonctions avec consommation moyenne et autonomie, un spot de lecture, un plafonnier à extinction progressive, une boîte à gants éclairée, des poches aumônières sur le dossier des sièges avant, des antibrouillards, des rétroviseurs électriques et dégivrants, ainsi qu’une console centrale et un cerclage des compteurs façon aluminium. Au catalogue des options figurent la climatisation manuelle (840 €), la peinture métallisée (320 €), les jantes alliage (440 €) ou la radio CD (290 €). A bord, on apprécie l’espace intérieur et l’accès est très aisé. Les sièges manquent légèrement de maintien latéral et seule la version haute bénéficie d’un réglage en hauteur pour le conducteur. A l’arrière,3 adultes prendront place sans se gêner. Côté carrosserie, ses gros boucliers noirs mats ne redoutent pas les agressions de stationnement et le gabarit général de la voiture en fait une compagne idéale au quotidien. Une auto à l’habitabilité record. 5 vraies places, un volume intérieur dans les standards des Golf et des 307 avec un coffre gigantesque : 510 litres, c’est mieux que sur une VelSatis, même si l’ouverture à la clé n’est pas pratique.

On attend désormais avec impatience les variantes de carrosserie, et le break en premier lieu. Il pourrait même disposer d’une banquette de 3ème rangée rabattable pour accueillir 7 personnes. Le marché de l’occasion commence à trembler !