Daimler Trucks veut freiner la baisse de ses ventes

Daimler Trucks a flanché en 2019 avec une baisse de 4 % de ses ventes et envisage de réduire ses coûts et ses effectifs à hauteur de 550 millions d’euros dès 2020.

560
Daimler Trucks

Avec un bénéfice opérationnel (Ebit) en hausse de 16 %, Daimler Trucks avait échappé au recul de 22 % des bénéfices qui avait affecté en 2018 le Groupe Daimler. Mais la baisse de 4 % de ses ventes mondiales en 2019 fait qu’il devra se contenter d’une marge de 7 % pour cette année. C’est surtout à partir de novembre dernier que le fléchissement s’est fait sentir. Un fléchissement d’autant plus inquiétant qu’il touche tous les marchés : – 16 % en Amérique du Nord (Alena), – 5 % en Europe, – 18 % sur l’ensemble de l’année en Asie. Et malgré ses 40 % de hausse des ventes, le marché brésilien s’avère trop peu rentable.

L’électrification BEV (batteries) ou FCEV (hydrogène) du marché et le renforcement des normes européennes ont sans doute contribué à déplacer l’intérêt des acquéreurs vers d’autres acteurs, notamment chinois ou américains, ou à freiner leurs achats. Mais Daimler Trucks ne pourra compter sur le Groupe Daimler pour se redresser car celui-ci a engagé des investissements de 30 milliards d’euros en 2019-2020 pour rester dans la course technologique. Cette année, Daimler Trucks veut donc réduire de 550 millions d’euros ses coûts de production et de personnel à la fois au Brésil, où il fermera des plates-formes, et en Europe. Il espère ainsi retrouver une marge de 5 % en 2021 et d’au moins 7 % en 2022, 2020 restant une inconnue. Daimler Trucks précisera sa stratégie lors de sa conférence de presse annuelle du 18 février 2020.

Notre précédente brève sur Daimler Trucks

PARTAGER SUR