De l’électrique, du GNV et de l’hybride pour les bus en Île-de-France

La stratégie du Stif (Syndicat des transports d’Île-de-France) de rendre plus vertueuse sa flotte de bus en Île-de-France se concrétise : son conseil, qui s’est réuni hier, a notamment approuvé trois grandes mesures autour de bus électriques, hybrides et GNV.

472
De l’électrique, du GNV et de l’hybride pour les bus en Île-de-France

Première d’entre elles, l’expérimentation en conditions réelles des bus tout électriques. Et ce sont les Bluebus du groupe Bolloré qui ont été retenus : longs de 12 m, ces modèles 100 % électriques offrent une capacité similaire aux bus actuels et une autonomie pouvant atteindre 180 km. Coût de ce projet cofinancé par le Stif et la Ratp, entre 10 et 40 millions d’euros.

Le conseil du Stif du 10 décembre a aussi offert l’occasion de mettre sur la table les mesures concrètes à prendre dans le cadre du plan de renouvellement du matériel roulant, adopté il y a un an. Au fur et à mesure des renouvellements de la flotte, de bus hybrides équiperont ainsi certaines lignes des 20 réseaux de proche et grande couronne les plus concernés par la pollution au Nox et aux particules fines. Au moins 127 bus hybrides doivent donc entrer en service dans les deux prochaines années pour compléter la flotte de modèles hybrides déjà existante. En complément, le Stif et la RATP prévoient l’acquisition de bus GNV pour les réseaux de Meaux et de Saclay.

Le surcoût pour ces modèles hybrides et GNV a été estimé à 12 millions d’euros et sera pris en charge par le Stif. La première vague de livraisons concerna 89 hybrides et 18 GNV.