• Mots clés connexes
  • GNV

Delmonico Dorel fait passer sa flotte au GNC

Producteur de matériaux de construction qu’il transporte lui-même, le groupe Delmonico Dorel verdit ses flux en adoptant d’ici 2025 le gaz naturel comprimé pour ses camions et ses bateaux pour réduire ses émissions.

807
Delmonico Dorel
Béton prêt à l'emploi (BPE) livré directement sur chantier

Le groupe Delmonico Dorel verdit sa flotte de transport dans un objectif écologique et commercial. Propriétaire de carrières et gravières, fabricant de bétons et négociant de matériaux de construction, Delmonico Dorel intervient sur des chantiers entre Lyon et Arles et transporte ses matériaux avec ses propres véhicules. En vue de 2025, il a démarré en 2017 son projet Ambition 4D qui vise à réduire l’impact écologique de l’ensemble de ses activités par le recyclage des déchets industriels et par le passage au gaz et au multimodal de ses transports.

Le GNC plus rentable

Sébastien Micoullet, directeur transport et environnement, a ainsi préféré le gaz naturel comprimé (GNC) « à l’électricité qui manque d’autonomie, aux biocarburants qui concurrencent la consommation alimentaire et à l’hydrogène encore immature » pour animer à terme les camions-bennes, les toupies à béton et les VU de livraison du groupe. En outre, Delmonico Dorel Transport achemine des matériaux de proximité, d’où des kilométrages journaliers qui coïncident avec les 400 km d’autonomie d’un porteur au GNC. Pour assurer l’alimentation de ses cinq camions au GNC actuellement en activité et des trois autres à venir, le groupe s’est doté d’une station privée à charge lente. Son petit compresseur de 45 m3 recharge simultanément trois véhicules et peut en recharger jusqu’à neuf après une adaptation.

Une station GNV et deux méthaniseurs

« La station a coûté 130 000 euros et chaque tracteur au gaz environ 125 000 euros, soit 30 % de plus qu’un VI au gazole, rapporte Sébastien Micoullet. Mais le GNC est moins cher que le gazole et les véhicules bénéficient d’un suramortissement qui a stabilisé nos coûts au niveau d’un VI thermique. En même temps, nous avons réduit de 3 décibels nos nuisances sonores, de 30 à 40 % nos émissions de particules fines et de 20 % celles de CO2. Nous espérons les réduire bientôt de 80 % avec le BioGNC que nous produirons à partir de résidus agricoles avec le méthaniseur que nous construisons. Nous ne consommerons pas nous-mêmes ce BioGNV car il est quatre fois plus cher à produire que le GNV et il coûte 13,6 % de plus à la consommation. Nous le revendrons à GRDF qui nous fournira le gaz et les certificats de CO2 qui attesteront de notre consommation de BioGNC. Mais d’ici trois ans, nous aurons construit un second méthaniseur doté d’une station bioGNV publique. Nous espérons alors atteindre une autonomie énergétique en consommant réellement 30 % de notre biogaz et en revendant le reste aux fournisseurs de gaz et aux transporteurs », expose Sébastien Micoullet.

+ 40 % de transport pour autrui

Le biogaz verdira aussi les camions bennes et camions grues des activités de recyclage des déchets industriels de Valorsol, la filiale de recyclage de Delmonico Dorel. Le groupe profitera également de ce bioGNC pour convertir au gaz ses deux péniches et son pousseur qui desservent les entreprises du Sud de la France depuis Villefranche-sur-Saône jusqu’à Arles. Le groupe pratique déjà un transport multimodal fleuve-route qui retire des routes 15 à 20 000 camions par an. Avec la conversion au gaz de ses bateaux, Delmonico Dorel pourra proposer aux professionnels de l’industrie et du négoce des prestations écologiquement neutres, tant en transport routier que multimodal. Le groupe espère ainsi augmenter ses ventes de transport pour autrui de 35 à 40 % d’ici 2025.

Le groupe Delmonico Dorel en chiffres

Activités : exploitation de carrières, fabrication de de béton et de granulats, négoce de matériaux de construction, maintenance d’unités de production, transport routier en camions benne, plateaux et plateaux grue, transport fluvial avec deux péniches et un pousseur

Chiffre d’affaires : 58 millions d’euros en 2015

Effectif : environ 220 salariés

Notre précédent article sur le GNC

Delmonico Dorel
Combiné fleuve-route par Delmonico Dorel