Des essais virtuels pour la gamme Volkswagen I.D.

Le constructeur allemand teste actuellement un logiciel développé en interne permettant la validation virtuelle des systèmes d’assistance à la conduite. Il servira notamment à accélérer leur mise en production pour la gamme I.D.

638
Volkswagen essais virtuels
© Volkswagen

Baptisé SimFAS, ce logiciel a été mis au point par les ingénieurs des services IT et Développement technique chez Volkswagen. Il permet de simuler des environnements et des situations de conduite pour « former » les systèmes d’assistance à la conduite. Ces derniers doivent en effet être confrontés à un grand nombre de situations pour apprendre à y réagir de manière adéquate. Grâce au logiciel, les ADAS peuvent être formés non-stop durant des jours voire des semaines, ce qui accélère considérablement leur vitesse d’apprentissage.

SimFAS est actuellement utilisé pour simuler des milliers de parkings différents, en faisant varier des paramètres comme l’architecture, le marquage au sol ou encore le trafic. « En effet, les parkings sont considérés comme un exemple idéal d’environnement complexe qu’un système d’assistance à la conduite doit impérativement maîtriser, explique Volkswagen. Mieux : « Ce pilote de stationnement virtuel sert déjà à valider les systèmes d’assistance à la conduite qui équiperont la gamme I.D. », révèle le constructeur.

Reproduire n’importe quelle situation

Les ingénieurs ont désormais pour ambition de développer une plate-forme de simulation permettant de reproduire n’importe quelle situation de conduite ou de circulation. « Un nouveau système d’assistance à la conduite sera ensuite relié à ces scénarios virtuels, annonce Volkswagen. Ses capteurs traiteront les données contextuelles comme s’il s’agissait de conditions réelles. Le logiciel illustrera le scénario virtuel via une représentation graphique en 3D. Les ingénieurs pourront alors observer précisément le comportement des systèmes d’assistance et, au besoin, intervenir pour les optimiser. » L’objectif consistera également à mettre la plate-forme en réseau, d’une part pour bénéficier d’une plus grande capacité de calcul, et d’autre part pour rendre accessibles les exemples réussis à tous les nouveaux systèmes d’assistance.

Valider la conduite autonome

À long terme, Volkswagen imagine utiliser ces essais virtuels pour réaliser les millions de kilomètres nécessaires pour valider les fonctionnalités de conduite autonome. « Les systèmes d’auto-apprentissage du véhicule traiteraient ces données exactement comme s’il s’agissait de tests physiques, réalisés sur un terrain d’essais ou sur la voie publique. Ainsi, les fonctions de conduite autonome seraient prêtes plus rapidement pour un passage en production », anticipe le constructeur.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Les ingénieurs travaillent en outre sur un « concept-car virtuel », destiné à réduire le nombre de prototype physiques lors de la conception et du développement de nouveaux produits.