• Mots clés connexes
  • GPS

Des GPS pour une conduite écologique

Une étude sur les GPS, commandée par Navteq, montre que leur utilisation permet de réduire les distances parcourues, les temps de conduite, les consommations de carburant et les émissions de dioxyde de carbone. Si les conclusions semblaient évidentes, cette enquête a le mérite de mesurer l’importance des progrès enregistrés.

- Magazine N°150
758
Des GPS pour une conduite écologique

«Mon parc compte plus de 300 véhicules. Je m’aperçois que bon nombre de mes collaborateurs se perdent en voiture en allant chez nos clients. Je me dis qu’en mettant à leur disposition des GPS, d’une part, ils réaliseront moins de kilomètres, d’où un impact direct sur les contrats de location, et d’autre part, ils consommeront moins de carburant. » Christophe Malard, responsable des services généraux de Def, spécialiste de systèmes de sécurité incendie, fait le bon calcul. C’est tout du moins ce que tend à prouver une étude commandée par Navteq, le principal fournisseur de cartes numériques, de données routières et de géolocalisation pour les systèmes de navigation.

Cette étude a permis de comparer trois profils différents de conducteurs : ceux qui circulent sans système de navigation, ceux qui sont équipés d’un navigateur et ceux qui disposent d’un système de guidage qui intègre l’information sur le trafic. Les résultats sont sans appel : les conducteurs qui disposent d’un GPS conduisent sur de plus courtes distances et moins longtemps. Réalisée dans deux métropoles allemandes -Düsseldorf et Munich-, cette étude a aussi démontré que sur un parcours de 100 kilomètres, les conducteurs équipés d’un système de navigation réduisent jusqu’à 12 % leur consommation de carburant. Elle passe ainsi de 8,3 à 7,3 litres aux 100 kilomètres pour les utilisateurs de GPS.

Des économies induites

Et ce n’est pas tout : comme on s’y attendait, cette économie de carburant se traduit par une réduction des émissions de dioxyde de carbone. L’étude estime cette baisse à 0,91 tonne par conducteur et par an, soit une réduction de 24 % par an si l’on compare avec les émissions moyennes d’un conducteur qui n’utilise pas de système de navigation. Exprimée en gramme par kilomètre, la réduction équivaut à 25 grammes par kilomètre et par voiture.

Le GPS présente un autre avantage pour réduire le TCO de sa flotte. Grâce à une réduction annuelle de presque 2 500 km par conducteur, rien qu’en Allemagne, 1,19 millions de pneus pourraient être préservés de l’usure et des déchirures et donc, de la mise au rebut.

Les véhicules des participants à cette étude, qui ne disposaient d’aucun système de navigation au préalable, ont été équipés d’appareils destinés à enregistrer leurs itinéraires et leurs vitesses. Les résultats obtenus font état de 2 100 déplacements, plus de 20 000 kilomètres parcourus et près de 500 heures de trajet. Des statistiques qui permettent de valider les résultats obtenus.

Des résultats optimisés pendant les heures de pointe

L’étude a été menée par NuStats, une société de recherche en sciences sociales qui, depuis 25 ans, est l’un des principaux acteurs sur le marché des enquêtes démographiques et des études qualitatives et ce, principalement sur le monde du transport en général, sur la mobilité personnelle et plus particulièrement sur les habitudes de transport.

Cette étude a également permis de mettre en évidence des enseignements supplémentaires. Ainsi, la réduction des temps de trajet et des distances parcourues s’amplifie dans la durée. La courbe met en évidence que la réduction des temps de trajet et des distances parcourues est plus importante dans la seconde partie de l’étude.

Par ailleurs, l’ajout d’informations sur le trafic réduit davantage les temps de trajet et les distances parcourues : les plus fortes réductions ont été observées chez les participants utilisant un système de navigation fournissant des informations routières pendant les heures de pointe (de 7 h 00 à 8 h 59 et de 16 h 00 à 18 h 59).

Enfin des diminutions encore plus importantes ont été observées lors des trajets inhabituels. Logique puisque les itinéraires inconnus engendrent davantage d’erreurs lorsque le conducteur n’est pas équipé.

En parcourant les résultats de cette étude, Christophe Malard a décidé de déployer des système de navigation GPS sur un échantillon de sa flotte pour mesurer l’économie réalisée. Dès que les premiers résultats seront connus, Flottes Automobiles s’en fera l’écho. Ces résultats auront l’avantage d’être mesurés par une entité indépendante qui n’a aucun intérêt commercial dans la vente des GPS. ?