Désignation des conducteurs : quel bilan un an après ?

Le 1er janvier 2017, la loi sur la modernisation de la justice a réaffirmé l’obligation de désigner les salariés ayant commis des infractions au volant d’un véhicule d’entreprise. La non-désignation est sanctionnée par une amende de quatrième classe pour l’entreprise. Un an après, les entreprises se sont organisées. Voici un premier bilan d’étape.

- Magazine N°236
4456
Désignation des conducteurs ©Sebastien Decoret - 123RTF
©Sebastien Decoret - 123RTF

Depuis un peu plus d’un an, l’obligation de désignation a fait ses preuves. La Délégation à la sécurité routière du ministère de l’intérieur avance ainsi l’évolution du taux de désignation : ce dernier est passé d’environ 20 à 75 % entre 2016 et 2017.

De leur côté, les entreprises font leurs comptes. Le spécialiste des services énergétiques Dalkia appartient aux acteurs qui ont instauré la désignation en janvier 2017. « Et contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le nombre d’amendes a augmenté en 2017 avec au total 5 853 PV, précise le responsable du parc, Jean-Luc Celotto. Mais c’est aussi parce que nous avons officialisé toutes les...

PARTAGER SUR