Diesels économiques : segment des SUV

- Magazine N°218
762
Diesels économiques : segment des SUV

L’évasion se démocratise

Le désir de fréquenter SUV et autres crossovers n’est plus incompatible avec la volonté de rester maître de son budget transports.

D’abord, chez Dacia, il y a l’incontournable Duster, aussi âpre à la tâche que discret dans ses tarifs. Seul son penchant pour le carburant pouvait paraître rédhibitoire à son enrôlement mais les choses se sont améliorées au fil du temps. Dorénavant, sa version dCi 90 ch n’annonce plus que 115 g en 4×2, idem pour le dCi 110 ch.

Quant au prix de ce Duster, il se montre plus qu’attrayant à partir de 13 190 euros en dCi 90 ch. Même l’appareillage en 4×4 de ce travailleur acharné demeure financièrement très raisonnable : 17 400 euros en déclinaison Ambiance Edition couplée au dCi 110 ch. Notons qu’une prochaine génération, annoncée pour 2017, révisera encre les émissions à la baisse.

Les crossovers s’imposent sur le marché

Lorsque visiter des chantiers ou patauger dans la gadoue n’est pas au programme, les crossovers nourrissent à la perfection les rêves d’évasion ou, plus simplement, le désir de rouler autrement. L’argument majeur d’un crossover repose donc sur son physique. Le Renault Captur l’a parfaitement compris : à partir de 19 000 euros, dans une version dCi 90 ch homologuée à 95 g, il intègre cette confrérie.

D’aspect plus le sage, le Peugeot 2008 retient aussi l’attention, tout en se montrant nettement plus abordable en entrée de gamme avec une formule Access à 17 650 euros en 1.6 BlueHDi 75 ch à 97 g. À puissance presque équivalente, l’équilibre entre les deux rivaux est rétabli, avec un 2008 en BlueHDi 100 ch (97 g) à 19 450 euros en dotation Active.

Le tarif du C4 Cactus débute à 20 350 euros en BlueHDi 100 ch à 95 g. Relevons aussi dans la gamme une version de ce BlueHDi 100 ch assortie d’une boîte robotisée pour seulement 89 g, le tout à 21 150 euros.En prônant l’originalité, Citroën est parvenu à faire souffler un vent de fraîcheur sur la catégorie avec un C4 Cactus, certes basique par certains aspects, mais ô combien attachant. Une simplicité que l’on ne retrouve guère dans un tarif débutant à 20 350 euros en BlueHDi 100 ch à 95 g ; relevons aussi dans la gamme une version de ce BlueHDi 100 ch assortie d’une boîte robotisée pour seulement 89 g, le tout à 21 150 euros.

Le choix mais aussi l’embarras du choix

Retenons également dans notre sélection le Nissan Juke qui se glisse sous la barre des 20 000 euros, à 19 900 euros exactement, en dCi 110 ch à 104 g. À 20 450 euros, le Ford Ecosport 1.5 TDCi 95 ch n’est guère plus cher, mais ses émissions s’établissent à 115 g. Peut mieux faire. Enfin, le cercle des petits crossovers va continuer à s’élargir, notamment avec le Hyundai Creta qui pourrait être très bien positionné en tarif.

En montant d’un cran sur le format, le nouveau Renault Kadjar retient l’attention avec ses 99 g dans une définition Life en dCi 110 ch facturée 26 200 euros. Mais le Nissan Qashqai en dotation Visia fait encore mieux : toujours 99 g, bien sûr, animé de ce dCi 110 ch, mais à partir de 25 050 euros.

À quelques dizaines d’euros près, c’est aussi le prix d’appel du nouveau Kia Sportage qui, en 1.7 CRDi 115 ch, s’affiche à 25 000 euros, mais à 119 g (voir l’essai). Son homologue chez Hyundai, le nouveau Tucson, n’est pas positionné très loin en tarif, avec ce 1.7 CRDi 115 ch proposé à 25 150 euros, toujours à 119 g.

PARTAGER SUR