Dodge Avenger

Après les Caliber et Nitro, Dodge se lance sur un marché plus difficile, les berlines familiales. Mais l’Avenger avance quelques atouts qui peuvent faire la différence.

- Magazine N°136
501

Après bientôt 2 ans de présence sur le marché français, Dodge se porte à merveille avec, et c’est bien logique, une croissance à deux chiffres. Le constructeur assure qu’il pourrait même faire mieux s’il pouvait disposer de Caliber en plus grand nombre. Le développement de la gamme se poursuit avec le SUV Nitro arrivé l’été dernier et un engin encore plus familial nommé Journey prévu d’ici quelques mois. Entretemps, l’américain se devait de proposer une berline familiale. Pour y parvenir, la recette n’a pas été bien compliquée.

Un petit air bien à elle

Prenez la récente Chrysler Sebring, déshabillez là et offrez lui une nouvelle carrosserie. C’est du moins ce qui peut paraître le plus évident à la vue de l’Avenger. Alors que la Sebring opte pour un style lié au passé de la marque Chrysler, l’Avenger va plutôt de l’avant avec des formes plus galbées et un profil plus agressif. Du reste, elle fait penser à un modèle réduit de la Dodge Charger (imposante berline vendue aux USA partageant sa plate-forme avec la Chrysler 300C). En somme, c’est l’originalité qui prime sur cette berline. En découvrant l’habitacle, on redécouvre en fait la présentation de sa cousine Sebring. Difficile d’ailleurs de différencier l’une de l’autre sans jeter un coup d’œil sur le logo présent au volant. Nous avons donc droit à une ambiance assez classique, des matériaux dans l’ensemble bien assemblés mais qui n’inspirent pas toujours une grande qualité.

Toutefois, l’américain s’est montré généreux en équipements. L’entrée de gamme SE offre une climatisation, un lecteur CD/MP3, une alarme, un régulateur de vitesse, des vitres et rétroviseurs électriques sans oublier les 6 airbags et l’ESP…, le niveau SXT ajoute des phares et essuie-glace automatiques, un ordinateur de bord, une climatisation automatique et des sièges électriques à l’avant. A noter la possibilité de s’offrir un nouvel ensemble GPS/chaîne hifi avec disque dur intégré et téléphonie Bluetooth. De quoi passer de bons moments à bord surtout que le volume habitable reste correct pour les occupants, un peu moins pour leurs bagages, quoi que les 452 l du coffre sont suffisants.

Une chose est sûre dans le groupe Chrysler, quand on achète un moteur, on l’exploite ! Nous avons donc droit au 2. 0 CRD (die- sel à injecteur-pompe de chez VW) équipant les Dodge Caliber, Chrysler Sebring, Jeep Compass, Patriot (j’en oublie sans doute). Cela dit, ce choix reste louable, ce diesel étant toujours utilisé au sein du Groupe Volkswagen. On lui retrouve d’ailleurs ses avantages (tonicité, sobriété) et son principal défaut (sonorité).

En effet, notre berline se révèle agréable malgré une commande de boîte un peu accrocheuse, le moteur offre un bon compromis mais très présent dans l’habitacle, surtout à froid. Correctement suspendue, notre Avenger assure le même niveau de liaison au sol que sa cousine de chez Chrysler, c’est à dire un ensemble confortable et rigoureux malgré un léger manque de précision dans la direction.

A l’arrivée, la Dodge Avenger, c’est un peu comme une Chrysler Sebring, mais en mieux. Principale raison, le style extérieur qui permet enfin de rouler dans une berline un brin exotique. Alors à la question, que d’là gueule ? Nous répondons : oui, pas mal !

Notre avis

Bien

Un look original

Tonicité du diesel

Equipements

A revoir

Insonorisation moteur

Plastiques parfois bas de gamme

Commande de boîte

PARTAGER SUR