Dolphin N2 verdit le diesel avec les moteurs CryoPower et ThermoPower

Avec ses motorisations CryoPower et ThermoPower, Dolphin N2 relance le gazole, mais aussi le gaz et les carburants synthétiques et végétaux, dans la course aux énergies vertes.

1493
Dolphin N2

Entreprise dérivée du motoriste anglais Ricardo, Dolphin N2 a développé deux moteurs à cycle alternatifs issus de la technologie diesel : le ThermoPower et le CryoPower. Tous deux séparent les traditionnelles phases « froides » et « chaudes » des moteurs à combustion interne. Et tous deux utilisent un échangeur de chaleur pour injecter de l’air réchauffé par la combustion dans le moteur ThermoPower ou bien de l’azote liquide dans le moteur CryoPower. Dans les deux cas, la combustion interne se transforme en une oxydation à basse température, similaire à celle des piles des moteurs à hydrogène. Ce qui abaisse la production des Nox et des particules au niveau post-réduction catalytique sélective (SCR).

Le second effet obtenu est une réduction de la consommation de gazole de 10 % avec le ThermoPower et de 20 % avec le CryoPower. Soit une économie annuelle estimée de 11 500 euros par an pour un poids lourd. Enfin, les ThermoPower et CryoPower fonctionnent sur tous les moteurs thermiques, mais aussi avec le GNV et tous les carburants synthétiques ou végétaux.

Des camions gazole Crit’Air 1 en 2024 ?

Cette rupture technologique ramène l’efficacité des moteurs thermiques diesel au niveau Super Ultra-Low Emission Vehicle (Sulev) avec le ThermoPower, et au niveau des piles à combustible à hydrogène fossile pour le CryoPower. Le surcoût de fabrication serait respectivement de 20 % pour le ThermoPower et de 50 % pour le CryoPower. Mais cela est peu au regard du surcoût des autres technologies et du ROI apporté par la réduction de la consommation du carburant. C’est pourquoi FPT Industrial, filiale de CNH et concepteur des moteurs d’Iveco, a engagé un processus d’achat de Dolphin N2 pour finaliser la technologie d’ici fin 2021 et engager une industrialisation d’ici fin 2023, soit à temps pour les JO de Paris.

Le dernier dossier sur l’amélioration des motorisations thermiques

PARTAGER SUR