Dossier - Flottes professionnelles : la mise sous tension

Dossier - Flottes professionnelles : la mise sous tension

Dossier - Flottes professionnelles : la mise sous tension
Au sein des flottes privées et publiques, l’électrification est en route, même si les modèles électriques ne représentent en général qu’une part symbolique au milieu des véhicules thermiques traditionnels. Car la démarche d’électrification reste complexe : elle implique de faire le point sur les trajets éligibles, de convaincre les conducteurs, d’atteindre un TCO raisonnable mais aussi, et surtout, de mettre en place des infrastructures de recharge pour permettre de « faire le plein ». Parmi nos témoins, certaines entreprises s’y sont mises résolument, à l’image de La Poste avec ses 14 000 véhicules électriques sur 60 000, ou à une échelle plus réduite du producteur de cognac Hennessy avec 93 modèles électriques dans une flotte de 142 véhicules. Et du côté des collectivités, la ville de Paris veut faire de l’électrique « le véhicule standard » de son parc, avec l’objectif de passer de 15 % d’électrique actuellement à 90 % d’ici 2021 – c’est-à-dire demain. La mise sous tension des flottes a bel et bien commencé.
Electrique TCO - Avec sept ans d’expérience pour ses 14 000 véhicules électriques, La Poste tire un bilan satisfaisant en termes de TCO, notamment en ce qui concerne le programme d’entretien moins contraignant et les économies sur le carburant.

Gestion : un TCO en construction

En utilisant notre site, vous consentez à l'utilisation des cookies.

Ils nous permettent notamment de vous proposer la personnalisation de contenu, des publicités ciblées en fonction de vos centres d’intérêt, de réaliser des statistiques afin d’améliorer l’ergonomie, la navigation et les contenus éditoriaux.

Cependant, vous pouvez à tout moment choisir de désactiver une partie de ces cookies en suivant les instructions fournies sur la page Politique de confidentialité.