Dräger lance Interlock 7000, un éthylotest anti-démarrage électronique

Spécialiste de la technologie médicale et de sécurité, Dräger met en avant son Interlock 7000, un éthylotest anti-démarrage électronique.

1990
Dräger éthylotest

Homologué par le ministère de l’Intérieur, l’éthylotest Interlock 7000 comprend deux modules connectés : « Le combiné mesure la concentration d’alcool dans l’air expiré et la centrale active ou bloque le démarrage du véhicule selon le résultat du test », décrit Dräger.

De fait, depuis un arrêté récent, les conducteurs dont le permis a été retiré suite à un contrôle d’alcoolémie peuvent être autorisés à conduire si leur véhicule se dote d’un éthylotest anti-démarrage (EAD, voir la brève).

L’éthylotest par le menu

L’Interlock 7000 fonctionne de la façon suivante : « Après avoir mis le contact, le conducteur est invité à souffler dans l’éthylotest. Si l’alcoolémie est inférieure au taux autorisé, l’Interlock 7000 permet le démarrage du moteur », décrit Träger. Si le test est négatif, le démarrage est bloqué.

« De manière tout à fait aléatoire, 5 à 30 minutes après le premier test, si ce dernier est concluant, l’Interlock 7000 invite le conducteur à se soumettre à un second test pendant le trajet. Ce dernier a ensuite 20 minutes pour arrêter le véhicule en toute sécurité et effectuer à nouveau le test. En cas de refus ou si le conducteur n’est pas en mesure de s’arrêter dans le temps imparti, le combiné le sollicite de nouveau 20 minutes après la première demande. Si le test est de nouveau refusé par le conducteur, ou après une éventuelle tentative de manipulation ou détérioration du dispositif, l’Interlock 7000 bloquera définitivement le véhicule », poursuit Träger. Tout en rappelant que « tous les tests et les éventuelles tentatives de manipulation sont enregistrées et pourront être transmises aux instances ou autorités compétentes en cas de demande. »

La dernière brève sur l’alcoolémie au volant.

 

PARTAGER SUR