DS 7 Crossback : envol réussi

Pour ce premier opus « indépendant » de Citroën, DS aligne avec le DS 7 Crossback un SUV compact à la hauteur de la catégorie visée : le premium, voire le luxe.

- Magazine N°236
7058
DS7 Crossback

Si la plate-forme EMP2 et les groupes motopropulseurs sont issus de la banque d’organes PSA, tout a été redéfini pour cette « vraie » première DS. Le DS 7 Crossback affiche ainsi une longueur (4,57 m) et un empattement (2,74 m) à mi-distance entre les 3008 et 5008, avec 6 cm de plus en largeur – ce n’est pas rien pour l’habitabilité. Avec à la clé une assise sur la route digne des SUV allemands.

Le design extérieur en impose sans ostentation, une philosophie que l’on retrouve dans l’habitacle. Un habitacle qui mérite toutes les louanges tant pour la qualité des matériaux (plastique, cuir, tissu, etc.) que l’excellence de la fabrication. Ce qui positionne cette DS au-delà de « l’access premium ».

Pour les goûts et les couleurs, chacun s’y retrouvera dans les appellations très « chic parisien » (Opéra, Bastille, Rivoli, etc.). La finition Business se base sur l’accès à la gamme Chic qui contient déjà plus que le nécessaire en équipements de sécurité, de confort et de connectivité. Comptez à partir de 41 150 euros TTC en Business 2.0 BlueHDI 180 ch BVA. La concurrence se situe loin derrière pour un prix supérieur de plusieurs milliers d’euros.

Référence dynamique

Le DS 7 Crossback séduit son conducteur et chouchoute ses occupants avec un luxe inédit chez Peugeot ou Citroën, mais cette concurrente des X1, Q3 et autres XC40 et E-Pace se révèle comme la plus confortable et la plus agréable à conduire, un vrai régal qui ne souffre aucune critique. En effet, c’est surtout l’alliance de l’amortissement piloté par une caméra qui lit le relief de la route et des suspensions multi-bras à l’arrière (contrairement à Peugeot et Citroën) qui fait le travail. Le résultat se montre de très haut niveau, meilleur encore que celui des suspensions pneumatiques de la catégorie supérieure. Toutes les aspérités sont gommées alors que le maintien de la caisse demeure parfait. On ajoutera un placement précis du train avant et un guidage du train arrière qui font de cette DS une référence.

Quant au 2.0 BlueHDi de 180 ch, il brille par son silence et sa douceur avec la boîte auto 8 rapports Aisin (la même que BMW) ; à 7 l/100 km lors de nos essais, il a affiché un soupçon de sobriété. Le petit 1.6 BlueHDI de 130 ch en boîte manuelle est aussi disponible (35 850 euros en Business, 103 g) et le DS 7 Crossback inaugurera mi-2019 l’hybridation essence de PSA avec 300 ch (1.6 turbo de 200 ch et moteur électrique de 80 kW) et transmission intégrale.

En résumé, Ce DS 7 Crossback en donne pour son argent et peut viser le premium sans complexe. Un peu à la manière de Lexus : sans ostentation mais avec des arguments qui ne trompent pas.

Valeurs futures

DS 7 Crossback BlueHDi 180 ch EAT8 Business BlueHDi 180 ch EAT8 Executive
Énergie Diesel Diesel
Boîte de vitesses Automatique Automatique
Carrosserie Tout-terrain Tout-terrain
Cylindrée (cm3) 1 997 1 997
CO2 (g/km) 128 128
Ch din 180 180
Prix neuf TTC (€) 41 150 47 100
Mois 42 42
Km total 100 000 100 000
Valeur reprise TTC (€) 21 815 24 669
Valeur reprise 53,0 % 52,4 %
Valeur vente TTC (€) 25 424 28 751
Valeur vente 61,8 % 61,0 %
DS7 Crossback Business 2.0 BlueHDI 180 ch BVA
Moteur (cm3) 1 997
Puissance/couple (ch/Nm) 180/400
Boîte de vitesses/transmission BVA 8/traction
Conso. mixte (l/100 km) 5,6
Émissions de CO2 (g/km) 128
Vitesse maxi (km/h) 215
0 à 100 km/h (s) 9,4
Poids à vide (kg) 1 535
Charge utile (kg) 660
Coffre (l) 628/1 752
L x l x h (mm) 4 573 × 1 906 × 1 621
Prix (€ TTC) 41 150 (Executive : + 5 950

Notre avis

PLUS
Prestations dynamiques de référence • Niveau d’équipement élevé • Qualité de fabrication


MOINS
Poids du 2.0 HDi 180 ch • Mode Sport inutile

PARTAGER SUR