La dynamique des flux

300, 400, 500, le nombre de centres constitue l’un des arguments avancés par les réseaux indépendants auprès des gestionnaires de flotte.

- Magazine N°221
1059
La dynamique des flux

Et de fait, c’est un critère que ces derniers prennent souvent en considération pour l’entretien et la réparation.

Avec les pneus hiver, le maillage des réseaux a aussi son importance, les entreprises préférant effectuer le minimum de kilomètres pour la monte et la démonte. Mais l’étendue du réseau ne saurait à elle seule garantir une bonne qualité des services.

« Nous n’avions pas nécessairement un service homogène pour le gardiennage des pneus hiver qui se faisait un peu de gré à gré, rapporte Rodolphe Noulin pour Speedy Fleet. Aujourd’hui, nos processus ont été homogénéisés et couvrent l’ensemble du réseau. »

Chez Norauto, on insiste aussi sur les processus, notamment informatiques, pour apporter un service de gardiennage efficace dans tout le réseau. « Ce qui compte, c’est de s’appuyer sur une supply chain performante », résume Frédéric Reynier pour le prestataire.

Le gardiennage des pneus hiver est donc lié bien sûr au nombre de centres que les acteurs de l’entretien peuvent proposer, mais aussi à la dynamique des flux qu’ils sont susceptibles de créer entre eux.

C’est l’argument avancé par Wyz Group, entreprise qui se définit comme « digitale ». Wyz Group ne dispose pas de réseau en propre et travaille avec plusieurs prestataires, Profil +, Vulco, Feu Vert, Eurogomme et 300 concessionnaires, « soit un total de 1 500 centres, insiste Jean-Philippe Duhoux. Nous ne stockons rien, nous gérons des flux, voilà notre valeur ajoutée. »

Allo Pneus pour sa part collabore avec quelque 6 000 garages partenaires avec lesquels il a fallu nouer des relations serrées pour les prestations liées aux pneus hiver.

PARTAGER SUR