Éco-conduite : une offre en mutation

Après avoir connu un succès grandissant au cours des années 2000, l’éco-conduite peine à convaincre les entreprises. Conséquence : les formations doivent s’adapter, en s’élargissant à la prévention des risques routiers, en s’intéressant aux nouvelles mobilités mais également en misant sur les apports de la télématique embarquée.

- Magazine N°235
1046
Éco-conduite ©brezina_123RTF
©brezina_123RTF

Quelle que soit la discipline abordée, la nouveauté séduit les avant-gardistes et s’impose peu à peu à la majorité. Mais parfois, la nouveauté perd de son éclat avant d’être reléguée au chapitre des curiosités. Un processus à l’œuvre avec l’éco-conduite : toute nouvelle, toute belle, cette pratique a convaincu de nombreuses entreprises avant qu’elles ne s’en détournent. « L’attrait pour la nouveauté est retombé, explique Patrick Clemens, chargé de développement pour le formateur ECF. Aujourd’hui, peu d’entreprises nous demandent de formations entièrement consacrées à l’éco-conduite. »

L’éco-conduite à la peine

Au début des années 2010,...