Ecologie : Un moteur à compression variable

Le laboratoire MCE-5 travaille sur l’optimisation des performances du moteur à compression variable. Une innovation qui pourrait bouleverser l’automobile à l’horizon 2013.

- Magazine N°136
625

Un moteur plus économique et moins polluant ? Le laboratoire d’études lyonnais MCE-5 créé au début des années 2000 annonce avoir trouvé la solution. Ce n’est pas un moteur électrique, ni un moteur alimenté par du biocarburant mais un moteur conçu… au début du siècle dernier : le moteur à compression variable. Le principe est simple : le volume de chambres de combustion varie en fonction de l’activité. Il est modifié grâce à un système de crémaillère, ce qui réduit la course du piston, permettant ainsi d’optimiser le rendement quelque soit le régime.

Le projet du laboratoire lyonnais est assez fédérateur pour associer une trentaine de partenaires dont certains actifs financièrement dans les recherches : des sociétés spécialisées dans l’ingénierie moteur, mais aussi un constructeur comme PSA. Le défi pour MCE-5 n’est pas tant la conception du moteur, un constructeur comme Volvo par exemple l’a déjà monté sur ses véhicules. Ce qui intéresse les associés du laboratoire lyonnais, c’est surtout l’élaboration d’un modèle suffisamment performant pour que puisse être envisagée la production en grande série.

Le dernier prototype présente des performances séduisantes. Grâce à un moteur de 1500 cm3 avec deux niveaux de suralimentation, il développe 220 ch et un couple de 360 Nm. Avec « un niveau de consommation comparable à un diesel mais avec de l’essence », se réjouit Vianneh Rabhi, Directeur stratégie et développement de l’entreprise. Il devrait être monté sur quelques véhicules au cours du premier semestre 2008. Une étape plus «significative» pour les acteurs susceptibles d’être intéressés : constructeurs automobiles mais aussi, responsables politiques et législateurs.

Reste que si le moteur fonctionne sur des véhicules, la production à grande échelle de ce dernier demande l’adaptation des lignes de production et de l’architecture des véhicules. Des étapes décisives mais longues : « En 2013 ou 2015 au plus tôt, anticipe le représentant de MCE-5. Des petites séries pourront être produites dès 2011, à raison de quelques véhicules par jour. »

PARTAGER SUR